Galopin

galopin-overb

Un peu d’astuce, d’espièglerie, c’est la vie de Can… Ah non ! Pardon ! L’astuce et l’espièglerie, c’est tout Galopin. Comment cela, vous ne connaissez pas Galopin ? Mais si, vous l’avez sans aucun doute déjà joué sous l’une ou l’autre de ses multiples identités.

Galopin, c’est l’un des trois Suisses de MiGs (avec Caipirinha_Lover et atto), et ce farceur possède tout un catalogue de pseudos, parfois créés pour le seul plaisir du jeu de mot. Car Galopin n’est pas seulement amateur d’abalone : il est aussi grand  amateur de bons mots, de mots rares, de palindromes, de pangrammes et autres figures de style.

Son jeu est toujours astucieux, souvent inventif, immanquablement surprenant, et jouer Galopin, c’est l’assurance de ne pas s’ennuyer.  La technique abalonienne n’a pas de secrets pour ce joueur confirmé, que son talent place dans le haut du panier. Son rêve abalonien : franchir une ultime étape pour égaler les meilleurs, et faire partie de la crème de la crème.

Alors, pour y parvenir, il essaie tout, il ose tout, il risque tout, jouant sur toute la gamme qui va du coup de génie au coup le plus calamiteux. Ce faisant, il a quasiment inventé un style de jeu : le nimp. Ah, le nimp… ! C’est sans doute son inventeur lui-même qui vous en parlerait le mieux, c’est pourquoi j’ajouterai seulement que le nimp me rappelle le « play free and experimental » autrefois prôné par Silversurfer, qui fut un adversaire apprécié de Galopin.

Sachez enfin qu’en joueur rapide, Galopin aime imprimer une certaine dynamique au jeu, et vous risquez de l’ennuyer si vos coups tardent à venir, ou si la partie dégénère en une confrontation stérile entre deux blocs. S’il vous en tient responsable, il est tout à fait capable de jouer le même jeu que vous jusqu’à ce que vous demandiez grâce. Il peut aussi abandonner sèchement une partie qui l’ennuie : après tout il est là pour s’amuser. En revanche, s’il apprécie votre jeu, il n’hésite pas à risquer gros pour débloquer une situation qui pourrait sembler sans issue, et redonner du peps à une partie qui s’enlisait.

Si vous le croisez, invitez-le. S’il vous invite, acceptez son invitation. Et n’oubliez pas une chose : on ne joue pas contre Galopin, on joue avec Galopin.

Gramgroum, mercredi 26 septembre 2012

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s