MiGs fermera fin juillet 2014

MiGs-ends-July2014

Triste nouvelle, mais les meilleures choses ont une fin, et ça devait bien arriver un jour.

Un grand merci à Mogwai pour nous avoir permis de jouer ces plus de 20 000 parties sur son site (sans compter les entrainements) grâce à l’énergie, au temps et à l’argent qu’il y a consacré.

Pour sa part – si Gramgroum est d’accord – le blog continuera d’exister pour les fans d’abalone, comme lieu de diffusion, de réflexion, de rencontre et d’échange autour d’abalone.

Espérons qu’un jour le jeu sur plateau retrouve le public qu’il mérite, et qu’un site de jeu en ligne qui satisfasse les joueurs voit à nouveau le jour.

FightClub

Publicités

Gramgroum

gramgroum-overb

Gramgroum c’est le maître de la patience et de la pertinence. Pilier de MiGs depuis les balbutiements, il n’a de cesse de chercher le truc qui fera connaître Abalone au grand public.

Ce vieux de la vieille (pas si vieux que ça en fait…) est incollable en histoire et anecdotes sur ce jeu. Si vous vous posez encore des questions sur Abalone n’hésitez pas à lui demander, il se fera certainement un plaisir de vous le raconter en privé ou directement sur ce blog qu’il anime avec ardeur et persévérance (j’en profite pour le remercier).

Gramgroum est avant tout un être social et s’il est en ligne vous n’échapperez pas à ses salutations, même quand il joue… ce qui ne l’empêche pas d’entretenir en même temps une conversation animée avec son adversaire, tout en s’appliquant à gagner ou à apporter en privé des conseils à un nouveau venu.

Son jeu est comme sa personnalité, riche et complexe, fait de passion et de labeur, qui font de lui un joueur très agréable de bon niveau. Agressif mais pas intrépide, son jeu souvent vif et imaginatif s’entrecoupe de temps de réflexion (parfois un peu longs) qui lui permettent de sortir victorieux de situations inextricables, c’est rageant !… (lol), s’il le souhaite vraiment il maîtrise bien la stratégie et peut rivaliser avec les meilleurs, par chance son plaisir à jouer est plus grand que son orgueil.

Alors quel que soit votre niveau, et quel que soit le vainqueur… une partie avec Gramgroum c’est toujours le sentiment d’un bon moment partagé !

Claudie, jeudi 6 septembre 2012

Gengis Khan / Milano

Gengis Khan*, alias Milano, alias Meo, alias… impossible de savoir combien il compte d’alias. Impossible aussi de savoir si c’est une seule et unique personne qui se cache derrière ces pseudonymes, mais en tout cas, on tient là un (deux ?) joueur(s?) hors pair. Il suffit d’écouter ce qu’en dit eobllor – excusez du peu : « Quand le tirage au sort me donne les noirs, j’ai l’impression d’avoir déjà gagné, sauf contre Milano ».

De l’avis de certains (jaloux ?), Gengis Khan serait de ces joueurs qui gagnent en ne prenant pas de risques. Mon avis est bien plus nuancé : Gengis Khan prend des risques pesés avec les plus fines balances. Des risques pesés avec d’autant plus de science qu’il fait partie de ces joueurs ayant une excellente capacité à se représenter des positions qui n’existent pas encore sur l’abalonier, ce qu’ Alfred Binet appelle l’imagination, et qui est la base de l’anticipation des coups futurs.

Difficile de lui tendre un piège : il vous voit venir avec vos gros sabots, et trouvera la meilleure parade, le plus souvent offensive. Et lorsque vous ne comprenez pas l’un de ses coups, c’est vraiment le moment de vous inquiéter : vous verrez dans un proche avenir que tel déplacement qui vous a paru plutôt neutre constituait en fait les prémices d’une dangereuse offensive.

En effet, Gengis Khan applique à la lettre le principe posé par Pedro Damiano : « Aucun coup ne doit être joué sans but ». Sur cette contraction de l’espace-temps qu’est l’abalonier, il déplace ses billes de la manière la plus efficace qui soit. Dans son jeu, aucun coup n’est joué pour rien, au point que vous aurez parfois l’impression qu’il joue deux coups quand vous en jouez un seul, et que vous subissez le plus souvent son jeu sans pouvoir imposer le vôtre.

Sur le plateau, c’est un tueur ; mais il vous occit avec tant de politesse que vous en redemandez. Attention : l’humour de Gengis Khan peut être aussi ravageur que son jeu ; sachez qu’il manie le second degré (voire le troisième ou le quatrième) avec autant de facilité qu’il déplace son armée de billes. Et s’il vous déclare, après vous avoir battu, que vous avez très bien joué, c’est peut-être un vrai compliment – ou peut-être une manière de mieux faire sentir sa supériorité. Caracolant en tête du classement Elo depuis des mois, il a placé au moins quatre de ses pseudonymes dans le top 10 ; par fierté ou par dérision ? Allez savoir…

Au fond, Gengis Khan est comme ces filles qui sont très belles et qui le savent : tout à fait fascinant, complètement insupportable, et absolument incontournable.

Gramgroum, le lundi 4 juin 2012

°°°°°°

* Entre novembre 2011 et novembre 2013, ce joueur cessa d’utiliser le pseudo « Milano », et a de rares exceptions (à ce qu’il me semble), officia essentiellement avec le pseudo « Gengis Khan », sous lequel il régnait en maître craint et respecté sur le monde abalonien. C’est pourquoi en 2012 je me suis autorisé cette petite permutation, l’article original de Gramgroum s’intitulant « Milano ». (FightClub)

Galopin

galopin-overb

Un peu d’astuce, d’espièglerie, c’est la vie de Can… Ah non ! Pardon ! L’astuce et l’espièglerie, c’est tout Galopin. Comment cela, vous ne connaissez pas Galopin ? Mais si, vous l’avez sans aucun doute déjà joué sous l’une ou l’autre de ses multiples identités.

Galopin, c’est l’un des trois Suisses de MiGs (avec Caipirinha_Lover et atto), et ce farceur possède tout un catalogue de pseudos, parfois créés pour le seul plaisir du jeu de mot. Car Galopin n’est pas seulement amateur d’abalone : il est aussi grand  amateur de bons mots, de mots rares, de palindromes, de pangrammes et autres figures de style.

Son jeu est toujours astucieux, souvent inventif, immanquablement surprenant, et jouer Galopin, c’est l’assurance de ne pas s’ennuyer.  La technique abalonienne n’a pas de secrets pour ce joueur confirmé, que son talent place dans le haut du panier. Son rêve abalonien : franchir une ultime étape pour égaler les meilleurs, et faire partie de la crème de la crème.

Alors, pour y parvenir, il essaie tout, il ose tout, il risque tout, jouant sur toute la gamme qui va du coup de génie au coup le plus calamiteux. Ce faisant, il a quasiment inventé un style de jeu : le nimp. Ah, le nimp… ! C’est sans doute son inventeur lui-même qui vous en parlerait le mieux, c’est pourquoi j’ajouterai seulement que le nimp me rappelle le « play free and experimental » autrefois prôné par Silversurfer, qui fut un adversaire apprécié de Galopin.

Sachez enfin qu’en joueur rapide, Galopin aime imprimer une certaine dynamique au jeu, et vous risquez de l’ennuyer si vos coups tardent à venir, ou si la partie dégénère en une confrontation stérile entre deux blocs. S’il vous en tient responsable, il est tout à fait capable de jouer le même jeu que vous jusqu’à ce que vous demandiez grâce. Il peut aussi abandonner sèchement une partie qui l’ennuie : après tout il est là pour s’amuser. En revanche, s’il apprécie votre jeu, il n’hésite pas à risquer gros pour débloquer une situation qui pourrait sembler sans issue, et redonner du peps à une partie qui s’enlisait.

Si vous le croisez, invitez-le. S’il vous invite, acceptez son invitation. Et n’oubliez pas une chose : on ne joue pas contre Galopin, on joue avec Galopin.

Gramgroum, mercredi 26 septembre 2012

FightClub

Apparu sur MiGs en octobre 2009, FightClub est un joueur qui, au fil des mois, s’est fait une place et un nom dans le petit monde des abanautes. Plus d’un nom d’ailleurs, puisqu’il est titulaire de plusieurs pseudonymes, comme la plupart des migsiens. Mais contrairement à d’autres, FightClub ne s’en cache pas, et ce n’est sans doute pas trahir un secret que dire que vous pouvez aussi le rencontrer sous le nom de Carefool, LittleGhettoBoy ou telemaque85.

Selon ses propres déclarations, le pseudo LittleGhettoBoy résume bien sa personnalité – ne me demandez pas en quoi, je ne sais pas – et le pseudo FightClub sa philosophie du jeu : une partie est un combat, mais c’est aussi un art (un noble art, comme la boxe). Et je le cite : « La lutte est bien sûr celle de deux joueurs, mais plus encore la lutte interne qui se livre en chaque joueur, puisant au fond de lui-même les ressources qui le conduiront à la victoire… »

Côté abalonier, FightClub est un joueur prudent (le pseudo Carefool lui va très bien), réfléchi et méthodique, je dirais presque méticuleux. Comme un boxeur, prêt à frapper, il a toujours un pied devant, et prêt à esquiver, l’autre pied sur le recul.  Vous ne trouverez pas facilement le défaut de sa cuirasse, et il vous faudra faire preuve d’un bon brin d’imagination pour le battre.

FightClub prend abalone pour ce qu’il est : un jeu de réflexion. Il prend son temps s’il l’estime nécessaire, et après mûre réflexion, vous décoche des coups bien sentis. Les blitz courts ne sont pas pour lui. Les amateurs de jeu rapide et intuitif ne trouveront certes pas en lui l’adversaire idéal, mais qu’importe : on ne peut pas plaire à tout le monde.

Avec ça, toujours aimable et d’humeur égale, c’est le genre de joueur qu’on prendrait plaisir à affronter face à face le soir au coin du feu, et sûrement pas sur son I-phone entre deux correspondances de métro.

FightClub le reconnaît, il a de l’ambition : son but est de progresser, et d’arriver à battre un jour des joueurs comme Gengis Khan ou eobllor.

Véritable amateur d’abalone (au sens premier du terme : celui qui aime), FightClub souhaite contribuer à la diffusion de ce jeu : à ce titre – et je l’en remercie vivement – il est le principal artisan d’une version anglaise du blog d’Abalone Online qui paraîtra  bientôt.

Gramgroum, 6 avril 2013

eobllor

Là c’est du lourd, du très lourd. eobllor, c’est l’archétype du joueur d’abalone, l’un des meilleurs, certains disent LE meilleur.

Que font la plupart des joueurs avec abalone ? Ils jouent. eobllor, lui, pense. A tel point que je me demande parfois si Abalone est un amusement pour lui, ou plutôt un exercice mental. eobllor semble faire de l’abalone comme d’autres font des pompes ou des abdos. Je ne sais même pas s’il éprouve le plaisir du jeu dans l’affrontement de deux personnalités, ou si c’est plutôt la résolution de problèmes abstraits qui le fait vibrer. Avec lui, abalone n’est pas joué, abalone est pensé. Pas seulement sur le plateau, mais de manière globale : en effet, eobllor fait partie des joueurs capables de vous parler de théorie abalonienne, et ils ne sont pas si nombreux.

Sur le plateau, le style d’eobllor est étonnant de profondeur, de finesse et de créativité. Dans son jeu, rien ne se perd, tout se créé ; rien n’est laissé au hasard, tout est calcul. Son intelligence est rarement prise en défaut : il pensera presque toujours un ou deux coups plus loin que vous. Alors inutile de crier victoire avant d’avoir éjecté sa sixième bille, car il sait comme personne peser l’avantage entre le point et la position. C’est peut-être là la caractéristique principale de son jeu (ou de son style) : l’art du placement. Il semble d’ailleurs avoir fait sien ce principe napoléonien : « L’art du placement des troupes est le grand art de la guerre. Placez toutes vos troupes de manière que, quelque chose que fasse l’ennemi, vous vous trouviez en peu de jours réunis ». eobllor est capable de réaliser le grand écart pour diviser le camp adverse et, alors que vous croyez sa position fragile, rassembler très rapidement ses forces là où il va frapper – ou là où vous comptiez le frapper.

Chriscool a dit de lui : « Ce qui caractérise le plus le style d’eob, selon moi, c’est son approche « divide and conquer » (diviser pour régner). Il me semble qu’il accorde plus d’importance au fait de diviser les billes de l’adversaire que d’occuper le centre, sauver ses boules ou manger celles de l’adversaire. »

Côté personnalité, je vois eobllor comme une personnalité complexe et éminemment intellectuelle. C’est probablement un joueur très cérébral, qui ne laisse pas les affects détourner son attention : la perspective de la victoire ne le grise pas, pas plus que la panique ne s’empare de lui si son adversaire semble prendre le dessus.

Précisons qu’eobllor n’est pas seulement l’un des meilleurs joueurs sur MiGs – où on le voit d’ailleurs assez peu (faute d’adversaires à sa mesure ?). C’est aussi un joueur qui s’est distingué off-line, et qui a été notamment vainqueur de l’épreuve d’abalone aux Olympiades de l’esprit de Londres en 2004.

Je vous le disais : du lourd, du très lourd !

Gramgroum, lundi 18 juin 2012

Claudie

claudie-overb

Le joueur de la semaine est… une joueuse. Claudie est tombée dans le chaudron d’abalone il y a quelques années, et n’a pas réussi à en sortir depuis. C’est une passionnée, une mordue, une accro qui a besoin de sa dose quotidienne.

Sur le plateau, Claudie est une joueuse intrépide, qui n’a peur de rien ni de personne, une fonceuse qui vous vole dans les billes, avant de vous voler vos billes. Son jeu ne manque pas de finesse, même s’il est parfois un peu inégal. Elle maîtrise à fond la technique abalonienne, et se délecte des pièges qu’elle vous tend. Oh, ce n’est pas une théoricienne, même si elle a ses idées sur la technique ; elle laisse à d’autres les discours théoriques, et préfère de loin les exercices pratiques. En tout cas elle a bien compris depuis longtemps que ce vieil axiome est valable pour abalone plus que pour tout autre jeu : la meilleure défense, c’est l’attaque.

Joueuse offensive, elle est capable du meilleur quand elle se lâche, et lorsqu’elle se lâche un peu trop – ce qui arrive assez souvent pour notre plus grand bonheur – elle peut se mettre dans des situations qui deviennent tout à fait intenables. Mais c’est une teigne (une sympathique teigne) qui s’accroche jusqu’au bout. Elle s’avoue rarement vaincue, et même lorsqu’elle pense avoir perdu, elle n’abandonne pas. Si vous voulez décrocher la victoire contre Claudie, il faut la mériter !

Claudie est aussi une pédagogue qui prodigue volontiers ses conseils aux débutants, et essaie de les faire profiter de son expérience – tâche difficile et souvent ingrate. Qu’elle soit ici remerciée pour l’accueil qu’elle réserve aux nouveaux arrivants sur MiGs.

Au final, c’est une excellente joueuse, intéressante à jouer quel que soit votre niveau. Si son ELO n’est pas des plus élevé, c’est parce qu’elle ne craint pas d’affronter les meilleurs, bien consciente que c’est en jouant contre plus fort que soit que l’on améliore son propre jeu.

Gramgroum, lundi 28 mai 2012