L’histoire de David Glaude, champion belge

Voici la traduction d’un texte de David Glaude, ancien champion puis vice-champion d’abalone de Belgique, publié entre 2001 et janvier 2002. La prétention qui se dégage du texte original (en anglais) peut mettre un peu mal à l’aise ou prêter à sourire, mais elle est humaine et s’explique sans doute par la jeunesse (c’était il y a maintenant près de 15 ans !) et par la fierté de ce joueur d’avoir remporté de belles victoires. Pour lesquelles je tiens à le féliciter.

Ce texte constitue un témoignage rare, et donc une intéressante contribution à l’histoire d’abalone. Vous pouvez retrouver la source originale et le texte initial en cliquant sur le drapeau ci-dessous :

flag_belgium

Bonne lecture !

FightClub

°°°°°°

Parlons un peu de ce super jeu qu’est Abalone

par David GLAUDE

*

Le jeu d’Abalone

Abalone n’est pas un jeu nouveau, c’est même déjà presque un classique. Cela reste un super jeu, aussi bien pour les jeunes que pour les familles ou les débutants. La forme hexagonale, qui était tout à fait innovante parmi les jeux abstraits à l’époque de sa sortie, semble de plus en plus utilisée. De mémoire, je peux citer Hex, Gipf, Boku, Tamsk, Eres, et bien d’autres encore.

Pour en dire plus à propos d’abalone

Il y a bien d’autres choses à dire à propos d’abalone. Ce jeu est agréable à regarder et agréable à jouer. Le plaisir physique que vous prenez à pousser les billes est propre à ce jeu. Le rapport de force peut changer rapidement entre des joueurs qui commettent des erreurs, mais la plupart du temps, il est assez constant entre deux bons joueurs. En famille, il est possible d’introduire davantage de complexité et de fun dans le jeu en jouant une variante à trois joueurs.

Le problème avec abalone, c’est qu’après avoir atteint un certain niveau de pratique, le jeu devient trop statique, et on ne peut pas faire grand-chose si aucun des adversaires ne veut prendre de risques. Cela signifie qu’il est très facile de jouer le nul (une notion qui n’existe pas à abalone), et ce n’est pas une bonne chose dans le cadre d’une compétition, où l’on introduit la pendule, car c’est uniquement le joueur le plus rapide qui gagnera. Une autre chose étrange à propos d’abalone est que le jeu est mal défini puisqu’il y a au moins quelques positions pour lesquelles le joueur à qui c’est le tour ne peut jouer aucun coup utile. La règle du jeu ne dit pas si dans ce cas il a perdu, gagné, ou si c’est un match nul. C’est pourquoi une règle devrait être ajoutée pour dire que lorsqu’une position se répète un certain nombre de fois, il y a match nul (nul par répétition). Autrement, je pense que la partie pourrait durer indéfiniment.

Voici une image de cette position de départ ennuyeuse :

Standard-without-margins

STANDARD

Moi et le jeu d’abalone

J’ai commencé à jouer à abalone très peu de temps après la naissance du jeu. Il y avait un championnat à Bruxelles en 1991 et j’y ai participé. J’ai terminé premier. Comme c’était le premier championnat et comme il était ouvert à tout le monde en Belgique, je reçu le titre de champion de Belgique.

J’ai continué à jouer, mais sans adversaire de mon niveau ce n’était pas amusant. Je voulais créer mon propre adversaire, alors je jouais alternativement les blancs et les noirs, mais ce n’était pas amusant non plus. J’ai donc commencé à écrire un programme pour jouer contre lui. Mon programme n’était pas très futé et il était plutôt lent (c’était avant que je commence mes études d’informatique). Je n’ai pas eu le temps de continuer à travailler sur ce programme de jeu, et je l’ai donc laissé dans son état initial. Pour autant que je m’en souvienne, c’était un programme en langage Pascal tournant sur un PC XT de marque Amstrad, avec une interface utilisateur textuelle fonctionnant à la souris. Le jeu utilisait un double niveau de recherche (deux demi-coups) et essayait de maximiser les lignes de 2 ou 3 billes et les prises de billes adverses. De plus, le milieu du plateau était défini comme une bonne région. Et implicitement le concept de connectivité ou de compacité était quelque chose que l’ordinateur essayer d’archiver. Le programme ne jouait pas mieux que moi, mais je ne pouvais pas savoir si c’était parce que je jouais trop bien ou parce que le programme était trop mauvais.

4 ou 5 ans plus tard, je cherchais un sujet pour mon mémoire de fin d’études. Ecrire un programme d’abalone performant me vint à l’esprit. Malheureusement, ce sujet avait déjà été pris par quelqu’un d’autre un ou deux ans avant moi. Ca me contrariait beaucoup, mais je ne pouvais rien y faire. Plus tard, j’ai rencontré celui qui avait fait ce travail et j’ai eu une longue conversation avec lui. Il avait fait exactement ce que je voulais faire. J’ai finalement essayé de travailler sur une version pour ordinateur du jeu Diplomacy, mais ça, c’est une autre histoire…

Puis il y eu un deuxième championnat d’abalone en Belgique, cinq ans plus tard. Je fus invité à la finale en tant que champion en titre. J’ai terminé deuxième de la compétition. Je dois dire que je ne m’étais pas beaucoup entrainé avant d’y participer. Celui qui a terminé premier est un membre de l’organisation Mensa [1]. J’appris qu’à Mensa Belgique, ils jouaient à abalone. Plus tard, j’ai pris contact avec l’organisation Mensa, mais ça, c’est aussi une autre histoire…

Je suis toujours vice-champion d’abalone de Belgique

Juste avant la fin de l’an 2000, un troisième championnat d’Abalone fut organisé en Belgique. Une fois encore j’ai été invité pour la finale, et une fois de plus j’ai terminé deuxième. Et une fois de plus le meilleur joueur de Belgique fut encore le même. Mais cette fois nous avons joué avec la nouvelle position de départ. Je ne m’étais pas beaucoup entrainé avec cette nouvelle variante avant la compétition, mais moi et le meilleur joueur, nous avons été d’accord sur quelques points. Premièrement, quand le résultat est aussi serré entre le premier et le second, ce qu’est pas très équitable que tout se joue sur une seule partie entre eux. Deuxièmement, cette nouvelle position de départ est très avantageuse pour le joueur qui débute la partie. Troisièmement, si vous commettez une seule erreur dans les premiers coups de la partie, vous pouvez vous retrouver en très mauvaise posture.

Une de mes dernières parties au cours de la compétition fut très intéressante. Je jouais les blancs et je commis quelques erreurs, où peut-être qu’il n’y avait rien de bon à faire. Je commençais donc par perdre quelques-unes de mes billes. Le score était de 3 à 0. Je m’appliquais à concentrer mes forces et à les regrouper au centre du plateau, tandis que mon adversaire fit le choix de continuer à pousser mes billes hors du plateau. Je lui dis que les deux coups qu’il avait l’intention de jouer paraissaient trop simples, mais il le fit quand même, ce qui porta le score à 5-0. Dans cette situation, il est très difficile de continuer à jouer, car vous devez trouver une réponse pour chaque menace et chaque attaque. Mais je trouvais une manière de garder en un bloc compact les 9 billes qui me restaient, encerclées par les billes de mon ennemi. Puis je commençais à pousser et éparpiller les billes de mon adversaire. Et lentement, mais sûrement, j’ai remonté au score et j’ai fini par gagner 5-6. Ce n’était pas facile et je l’ai fait avec beaucoup de précaution pour m’assurer de ne pas me diviser ou trop m’approcher du bord. Alors souvenez-vous qu’une partie d’abalone n’est jamais perdue tant que vous n’avez pas perdu 6 billes.

A propos de cette nouvelle manière de jouer

Afin de rompre la stabilité de deux blocs se faisant face, il y a donc une nouvelle position de départ disponible. En français, elle s’appelle « Marguerite », mais grosso modo, elle consiste à séparer vos billes en deux groupes de sept billes égaux et symétriques de forme hexagonale.

belgian-daisy-without-margins

MARGUERITE BELGE

Evidemment, le jeu est différent de l’original. Il est toujours possible d’arriver au même résultat qu’avec un départ classique, et de vous retrouvez avec deux blocs face à face, mais il y a beaucoup moins de risques que cela se produise. Et si malgré tout cela se produisait, alors il y a beaucoup plus de chances que l’un des deux camps soit plus fort que l’autre et finisse par gagner facilement. Cela donne au jeu un nouveau souffle, mais je crois fermement que cette nouvelle position est trop favorable au joueur qui commence la partie. Il me semble que le joueur qui joue en deuxième a peu de chances de l’emporter contre un premier joueur de bon niveau.

J’ai une autre variante que personne ne veut jouer même si c’est une règle officielle. Le plateau est d’abord vide et chaque joueur dépose une bille à tour de rôle jusqu’à ce qu’elles soient toutes sur le plateau. Ensuite la partie commence véritablement, mais en partant d’une position de départ choisie et toujours différente.

A l’heure actuelle, vous pouvez trouver de nombreux programmes jouant à abalone. Certains sont bons, certains sont mauvais. Certains sont gratuits, certains sont des sharewares. Mais si vous voulez jouer à abalone, à des variantes d’abalone ou à des quantités astronomiques d’autres jeux, vous pourriez essayer la version Zillions-of-Games du jeu. Zillions-of-Games est un logiciel commercial, mais les règles d’abalone sont libres de droit. J’ai un peu participé à l’amélioration du logiciel avec des variantes pour la version Zillions-of-Games du jeu. Il y a encore un autre moyen de jouer à abalone, c’est de jouer en ligne sur le site abalone.com [2]. Ce site d’abalone semble très bien conçu avec une communauté d’utilisateurs qui entretiennent une compétition sans fin basée sur un système de classement ELO. Je suis inscrit sur ce site, mais je n’y ai jamais joué à abalone. Cela tient peut-être à mon fuseau horaire.

La version Zillions-of-Games du jeu

Jens Markmann a créé une version d’abalone disponible sur son excellent site web. Vous trouverez son implémentation avec une variante marguerite supplémentaire de ma composition.

© David GLAUDE
Dernière mise à jour : jeudi 31 janvier 2002

°°°°°°

[1] : Mensa est la plus ancienne, la plus importante et la plus connue des sociétés à Q.I. élevé.

[2] : ce site n’existe plus. J’ai dû enlever « www » sinon WordPress crée automatiquement un lien hypertexte et vous tombez sur de la pub 😦

Publicités