French Game

C’est sans doute un avis personnel, lié aussi à des goûts personnels, mais j’ai toujours considéré Abalone comme le sixième pilier du hip-hop, aux côtés du DJing, du rap, du beatbox, du breakdance et du graffiting. La danse des billes et la musicalité visuelle qui s’en dégage, l’improvisation du tac au tac, la virtuosité de l’élite des joueurs et joueuses, les tournures totalement acrobatiques que prennent certaines parties*, le côté battle entre deux adversaires qui s’affrontent pacifiquement, les samples ou séquences de coups d’anciennes games que l’on rejoue dans de nouvelles, tout me renvoie à cet univers.


DJ Abal (Noir) et KALVINH (Blanc) en pleine battle
(partie 15356 jouée sur MiGs le 05/10/2012)

Évidemment la différence majeure est que la culture hip-hop est née aux États-Unis, puis est arrivée en France au début des années 1980, tandis qu’Abalone est parti de France à la conquête des États-Unis à la fin des années 1980, avec un succès nettement plus relatif…

Je signale ici une petite rétrospective (très incomplète) actuellement disponible sur Arte.TV sous le titre French Game, qui fait penser à notre jeu, et qui plaira peut-être aux amateurs du genre ou à ceux qui ont grandi avec, ou leur rappellera des souvenirs… 🎧


Chez MC Solaar c’était la prose, mais à Abalone ce sont les billes qui vont au combat.
Alors gare aux clashs et aux coups de boules ! ⚫ ⚫ ⚫ ⚪ ⚪ 😛

* Évidemment pour cela, mieux vaut démarrer en position ouverte, genre marguerite, plutôt qu’en Standard… 😜

Peace, love, unity, and having fun!

FightClub, artist formerly known as DJ Abal 😎

Vincent Frochot invité sur le plateau de Board Game Kaptain

Salut les Abaloniens ! Voici une interview exclusive de Vincent Frochot, notre 6+2 fois champion du monde d’Abalone, réalisée par le sympathique Josh pour The Board Game Kaptain. Enjoy! 😎

Prévention coronavirus (COVID-19)

Pour la France, la Suisse et la Belgique, en raison de l’épidémie de coronavirus (COVID-19) qui sévit actuellement, et pour lutter contre la propagation du virus, toutes les rencontres physiques autour du jeu Abalone®, prévues ou non, officielles ou non, sont suspendues jusqu’à nouvel ordre. Elles seront soit reportées, soit annulées.

Pour rappel, la manipulation du matériel de jeu (en particulier les billes) peut être un vecteur de la transmission du virus l’un joueur à l’autre.

Néanmoins vous pouvez toujours :

1. Jouer en ligne

2. Echanger avec d’autres joueurs

3. Lire des posts concernant Abalone

4. Visiter la page officielle d’Abalone® sur Facebook

5. Visionner des parties, des photos, des vidéos, de la documentation sur l’Abalone Google Drive

6. Nous écrire pour tout renseignement

Bon confinement,

FightClub

Évaluation

19/01/2020


Friedrich Nietzsche

« […] in unserm überlegenden Bewußtsein treten vor einer Tat der Reihe nach die Folgen verschiedener Taten hervor, welche alle wir meinen tun zu können, und wir vergleichen diese Folgen. Wir meinen, zu einer Tat entschieden zu sein, wenn wir festgestellt haben, daß ihre Folgen die überwiegend günstigeren sein werden; ehe es zu diesem Abschluß unserer Erwägung kommt, quälen wir uns oft redlich, wegen der großen Schwierigkeit, die Folgen zu erraten, sie in ihrer ganzen Stärke zu sehen und zwar alle, ohne Fehler der Auslassung zu machen: wobei die Rechnung überdies noch mit dem Zufalle dividiert werden muß. »

(Morgenröte, Zweites Buch, 129. Der angebliche Kampf der Motive, 1881)

°

[…] Avant un acte, notre conscience réfléchissante voit défiler successivement les conséquences de différents actes que nous croyons tous pouvoir exécuter, et nous comparons les conséquences. Nous croyons être décidé à un acte lorsque nous avons constaté que ses conséquences seront en majorité favorables ; avant d’en arriver à cette conclusion de nos évaluations, nous nous sommes souvent bien tourmentés, par suite de la grande difficulté qu’il y a à deviner les conséquences, à les apercevoir dans toute leur force, et surtout dans leur totalité, sans la moindre omission : en outre ce calcul doit faire aussi la part du hasard.

(Aurore, Livre deuxième, 129. Le prétendu combat des mobiles, 1881)

Friedrich Nietzsche, philosophe allemand (1844-1900)

FightClub

Retrouvez toutes les citations dans le Dictionnaire de citations.

Abalone, situation de jeu 5

Ces situations de jeu ont pour but de donner matière à réflexion à tous types de joueurs, quel que soit leur niveau.

Contrairement aux problèmes, il ne s’agit pas nécessairement de situations de fin de partie, et lorsque c’est le cas, il n’y a pas nécessairement de solution.

°°°°°°

SUEURS FROIDES 😅

TRAIT : NOIR
NIVEAU : EXPERTS

Blanc vient de jouer i6i7 pour éviter une éjection Le score est de 3-5 et le trait est à Noir. Blanc peut-il encore se tirer d’affaire et gagner la partie ? 🤔

Conseil : jouer chaque champ à tour de rôle pour trouver la meilleure fin de partie possible (seul.e ou avec un.e ami.e) 😉

FightClub

Vous serez peut-être intéressé.e.s par d’autres situations de jeu.

Le projet de réforme du temps de jeu

Le projet de réforme des retraites est aussi, par répercussion, un projet de réforme du temps « libre » : celui que les retraités peuvent consacrer à la vie sociale ou associative, à la solidarité – notamment entre générations en aidant ses enfants et petits-enfants avant que l’inéluctable vieillissement oblige à une inversion de cette solidarité – et aux loisirs, notamment le jeu.

Travailler plus pour pouvoir survivre quand on ne travaillera plus, voilà le deal proposé à ceux qui vivent de leur travail. Ceux qui vivent d’autre chose que de leur travail présent ou passé – peu nombreux, mais dont le poids sur les orientations politiques, économiques et sociales est disproportionné – ne sont pas impactés.

Nous vivons dans une dystopie qui pourrait s’aggraver : de futures réformes nous imposeront peut-être un jour une durée légale du temps de vie fixée selon un système à points basé sur la productivité supposée de chaque travailleur, ou bien un calcul universel et plus juste de la pension des futur(e)s retraité(e)s sur l’ensemble de leur existence depuis la naissance, pour compenser les carrières longues de ceux qui ont commencé à trimer tôt 🤥

« Et en même temps », le montant annuel des transactions financières en France s’élevait en 2018 à plus de 530 milliards (soit 530 000 000 000 €) 🤫 Sachant que, selon l’économiste français François Morin, 95% du montant de ces transactions financières sert uniquement la spéculation boursière, dont la fonction est essentiellement de tirer un bénéfice du travail d’autrui sans travailler soi-même 🤢 🤮

Mais bon, vous trouverez certainement des gens pour vous expliquer que spéculer est un boulot comme un autre, une activité productive et même très rentable, et vous inviter à spéculer vous aussi en investissant vos quatre sous pour compenser un peu votre retraite de misère et financer vos vieux jours… 🤑 😈

Pour ma part, si vous voulez spéculer, je vous déconseille les coups en bourse et vous recommande les coups sur un plateau d’Abalone, en live ou en ligne (sur l’application Abalone). C’est totalement improductif, mais moins stressant et tellement plus jouissif ! 🤩 🥳 Et tout ce que vous risquer de perdre, ce sont quelques parties, et non toutes vos économies dans le prochain krach boursier qui surviendra inévitablement… 😉 😌

FightClub

Un choix peut-il être libre ?

Une partie d’Abalone, ou de n’importe quel autre jeu de stratégie combinatoire abstrait opposant deux joueurs, est une succession de coups où chaque joueur doit, à son tour de jeu, considérer ses options et tenter de faire le meilleur choix.

On dit parfois que la vie ressemble à une partie d’Échecs. On pourrait tout aussi bien dire qu’elle ressemble à une partie d’Abalone.

Il y a cependant une différence notable : dans le jeu, vous êtes libre d’accepter ou non la partie, et donc de choisir ou non d’avoir à choisir. De plus les règles sont fixées, et ne changeront pas en cours de route ; et même si votre adversaire est plus fort que vous, les mêmes règles s’appliquent pour l’un comme pour l’autre.

Dans la vie c’est différent. Dans l’absolu, en dehors des lois de la physique, les règles n’existent pas, elles sont à instituer. Et même si les forces en présence sont inégales, leur institution devrait être consensuelle et faire l’objet d’une réflexion et d’un débat.

Ce débat peut tourner au rapport de force dès lors qu’une des deux parties détient le pouvoir (économique, politique, militaire, etc.) de vous imposer les options de SON choix, et s’en arroge le droit.

Un choix peut-il être libre ? Est-on libre de choisir de faire un choix ou de ne pas faire de choix ? Les choix s’imposent-t-ils à nous ou nous les imposent-on ? A-t-on le droit de ne pas choisir ou le devoir de choisir ?

Je vous invite à y réfléchir avec cet article de Jean-Paul Galibert :

philosophie et existence!

Lorsqu’on propose un choix, chacun suppose et admet qu’il faut choisir. Prendre l’un ou l’autre, mais pas les deux, et surtout pas ni l’un ni l’autre. J’ai longtemps cru que le choix condamnait à un choix exclusif, en sorte que chaque choix cachait un sacrifice. Mais le pire, dans le choix, est peut-être d’obliger à prendre quelque chose, alors qu’on ne voulait rien. Le premier choix, dans le choix, est de choisir. Pourquoi accepte-t-on de choisir, avant même de choisir ceci ou cela ? Par paresse ? par peur ? par inadvertance ? ou simplement par habitude et par balourdise ? En consultant, on impose de prendre quelque chose, de valider un des choix. Or celui qui impose le choix n’a que faire de nos choix: tous les choix qu’il propose sont intéressants pour lui. Ce qui compte à ses yeux, c’est le choix implicite et primordial, celui par lequel…

Voir l’article original 16 mots de plus