Le jeu à handicap

L’article est à paraître. Ceci n’est qu’un brouillon (nous sommes le 07/05/2015).

En deux mots voici le principe :

Au cours de vos rencontres, vous pouvez être amené à jouer contre un adversaire beaucoup plus faible que vous, mais que l’amour-propre pousse à refuser votre proposition d’une partie à handicap. Si vous jouez normalement, la partie sera expédiée en deux minutes. Or votre but n’est pas de gagner, mais de prendre du plaisir à jouer et d’en donner à votre partenaire. Si vous jouez mal exprès, il/elle s’en rendra compte et pourrait s’en offusquer. Comment faire pour rendre malgré tout la partie intéressante, pour vous comme pour lui/elle ? J’ai trouvé une astuce que j’appellerai « la règle cachée » : elle consiste à vous imposer une contrainte dont votre partenaire n’a pas connaissance. Il s’agit donc en réalité d’une partie à handicap qui ne dit pas son nom. Vous pouvez moduler cette contrainte en fonction de la variante et du niveau de votre adversaire. Voici quelques règles cachées possibles :

– s’interdire les déplacements en flèche

– s’interdire les déplacements de 3 billes, sauf pour l’éjection

– s’interdire de jouer les billes qui au départ sont au bord

– s’interdire de prendre le centre (le point E5)

– définir un certain nombre de vos billes comme des billes mortes que vous ne jouerez pas (variante : sauf si votre adversaire les déplace et leur redonne vie)

– s’imposer de jouer les billes une par une autant que possible (ne déplacer qu’une seule bille à chaque coup, sauf pour l’éjection), etc.

FightClub