Push

Connaissez-vous PushpushPush est une version d’abalone qu’on trouve – ou qu’on trouvait – sur Facebook, et qui permet – ou permettait – de jouer à deux joueurs en ligne. C’est une création autrichienne qui date de 2010 ou 2011, mais comme je ne suis pas utilisateur de Facebook, je ne suis pas en mesure de vous confirmer si Push existe toujours.

Si vous êtes germanophone, je vous invite à lire cette interview  datant de mars 2011, dans laquelle Helmut Hutterer, fondateur de la start-up viennoise SocialSpiel (littéralement : Jeu Social), à l’origine de cette appli, parle de Push et d’autres projets de sa société.

Je vous en livre quelques extraits (traduction SGDG) :

« Il serait très réducteur de décrire Push – récemment distingué par le Prix national du Multimedia – comme un simple Abalone rouge et vert. Car on ne trouve pas Push sur les tables de jeu, comme le populaire jeu de plateau aux billes noires et blanches, mais sur la plate-forme Facebook », déclare Hemut Hutterer. « La grande différence, c’est qu’il devient beaucoup plus facile et rapide de trouver des partenaires de jeu. Pour le reste, nous avons essayé d’insuffler un style et un esprit. » Un palmarès des joueurs est par ailleurs censé inciter les joueurs à travailler leur stratégie…

Certes, le genre n’a pas été réinventé, mais en quelques mois ce sont des centaines de milliers d’utilisateurs qui ont pu se laisser séduire grâce à la diffusion « virale » du jeu, aux travers des « amis ». « Il n’y aura pas de problème avec le géant du jeu Hasbro, actuel propriétaire d’Abalone », assure Hutterer. « En effet, les règles du jeu ne peuvent faire l’objet d’une protection légale, et le brevet du tablier de jeu est tombé dans le domaine public. » (1)

Les utilisateurs de Facebook qui souhaitent jouer gratuitement à Push doivent laisser SocialSpiel accéder à un grand nombre de données : nom, profil, sexe, réseaux, n° de client, liste d’amis, etc, pourront être stockées sur les serveurs de SocialSpiel. « Nous n’utilisons les données des utilisateurs que dans le but exclusif d’améliorer le jeu. » déclare Hutterer. « Nous ne constituons pas de listes d’adresses mail pour les revendre. »… Si d’autres informations sur les utilisateurs sont utiles pour les fonctionnalités du jeu, elles peuvent être tirées des serveurs de Facebook. « Il est très facile d’accéder à une masse d’informations, la difficulté est de les interpréter de manière à ce qu’elles soient utiles à notre propre business. »

« Facebook est si grand et si omniprésent qu’il ne devrait pas disparaître dans les cinq prochaines années, selon moi » déclare Hutterer. Il ne faudrait toutefois pas sous-estimer  d’autres réseaux, moins importants. Alors que Push comptabilise 160 000 utilisateurs  en un bon mois sur Facebook, on compte 75 000 utilisateurs sur Hi5, où Push est également disponible. Hyves aux Pays-Bas, Netlog en Belgique, les réseaux VZ en Allemagne ou VKontakte en Russie seraient également intéressants. « Mais actuellement Facebook est certainement la plate-forme la plus simple pour développer une Appli » précise Hutterer.

Découvrez ci-dessous une vidéo de démonstration de Push :

(1) Notons que SocialSpiel a quand même pris la précaution de rebaptiser Abalone en Push… on ne sait jamais.

Gramgroum

Publicités

Edito de rentrée

La fermeture très probablement définitive de MiGs ne sera pas sans conséquence sur ce blog, dont l’objet principal était jusqu’alors de faire la promotion du site de Mogwai, afin d’en booster la fréquentation, soit par le recrutement de nouveaux joueurs, soit par la fidélisation des joueurs déjà présents, soit encore en permettant que des joueurs qui se manquaient parfois de peu puissent se rencontrer en signalant leur passage à l’avance ou en se fixant des rendez-vous online.

Ce qui concerne MiGs va donc être relégué aux archives – ainsi va la vie – d’où quelques modifications dans l’organisation des pages du blog.

Abalone Online demeure, avec trois objectifs :

– être le point de ralliement de la communauté des joueurs d’abalone
– être un laboratoire d’idées pour qu’il soit à nouveau possible un jour de jouer à abalone en ligne
– assurer la promotion du jeu sur plateau pour qu’abalone trouve sa place parmi les grands jeux de stratégie traditionnels (awalé, go, échecs, dames, othello, etc.).

Qu’il puisse à nouveau exister un site de jeu en ligne satisfaisant le plus grand nombre fait partie de nos priorités, donc nous porterons un intérêt particulier à toutes les actions et toutes les réflexions qui seront menées dans ce sens. Des expérimentations ont déjà été faites, et même si elles n’en sont qu’au stade embryonnaire, elles sont prometteuses.

Néanmoins, on ne pourra pas à mon sens faire l’économie d’une promotion du jeu sur plateau, faute de quoi non seulement abalone restera un jeu marginal dans le monde réel, mais de plus aucun site d’abalone en ligne ne fera mieux que vivoter, condamné à une fréquentation anémique basée sur une élite de joueurs vouée à l’extinction. Monter un site de jeu en ligne avec pour seule perspective de voir se jouer en moyenne trois à cinq parties par jour, et au mieux une quinzaine le week-end, n’est pas vraiment motivant, sauf à titre expérimental si on a en vue un plus vaste projet dans un autre domaine.

Pour ce qui est des applications payantes de type Ipad, je n’en ai pas l’expérience (ni envie de les essayer, à vrai dire). Cependant je ne vois pas pourquoi, dans des conditions identiques, un service payant réussirait là où un service gratuit a échoué. Ce service est par ailleurs noyé dans un océan de plus d’un demi-million d’autres applications. En termes de visibilité, on peut imaginer mieux… Mais surtout, la notion de mobilité me semble contradictoire avec cette de réflexion. Donc je ne suis pas sûr que cela constitue le support idéal, mais je ne suis sans doute pas le mieux placé pour en juger.

Développer abalone sur le terrain me semble donc le meilleur moyen, sinon un passage obligé pour donner un peu de visibilité à abalone. Certes, former de nouveaux joueurs dans le monde réel demande un peu plus de temps et d’énergie que simplement se poser devant un écran et un clavier quand il nous prend l’envie de jouer, mais c’est aussi l’occasion de vraies rencontres et de vrais échanges.

En persévérant dans la recherche de solutions, il n’y a pas d’obstacles qu’on ne puisse surmonter si on dispose du temps de réflexion nécessaire. C’est en tout cas ce que m’a enseigné la pratique d’abalone. Abalone développe la réflexion et la réflexion développera abalone 🙂

FightClub