Les années 2020 commencent…

Les années 2020 commencent. C’est l’heure des bilans et des projets. Quelle était la situation en 2010 ? Où en sommes-nous aujourd’hui ? Quelles perspectives pour 2030 ?

Vaste sujet de réflexion, je vous l’accorde. En comparaison, choisir dans l’immédiat le bon coup à jouer en anticipant l’adversité sur quelques mouvements, de manière à orienter l’avenir d’une partie de la façon la plus avantageuse possible, cela peut sembler d’une simplicité crasse. Pas toujours facile cependant…

Pourtant, ceci ne prépare-t-il pas à cela ? Dans les deux cas – le jeu et la vraie vie, avec ses vrais problèmes – ne s’agit-il pas de chercher à s’assurer, individuellement ou collectivement, le meilleur avenir possible ?

Bonne réflexion, bons choix, et bonne année 2020 ! A toutes et à tous je vous souhaite le meilleur pour l’avenir !

FightClub

Le projet de réforme du temps de jeu

Le projet de réforme des retraites est aussi, par répercussion, un projet de réforme du temps « libre » : celui que les retraités peuvent consacrer à la vie sociale ou associative, à la solidarité – notamment entre générations en aidant ses enfants et petits-enfants avant que l’inéluctable vieillissement oblige à une inversion de cette solidarité – et aux loisirs, notamment le jeu.

Travailler plus pour pouvoir survivre quand on ne travaillera plus, voilà le deal proposé à ceux qui vivent de leur travail. Ceux qui vivent d’autre chose que de leur travail présent ou passé – peu nombreux, mais dont le poids sur les orientations politiques, économiques et sociales est disproportionné – ne sont pas impactés.

Nous vivons dans une dystopie qui pourrait s’aggraver : de futures réformes nous imposeront peut-être un jour une durée légale du temps de vie fixée selon un système à points basé sur la productivité supposée de chaque travailleur, ou bien un calcul universel et plus juste de la pension des futur(e)s retraité(e)s sur l’ensemble de leur existence depuis la naissance, pour compenser les carrières longues de ceux qui ont commencé à trimer tôt 🤥

« Et en même temps », le montant annuel des transactions financières en France s’élevait en 2018 à plus de 530 milliards (soit 530 000 000 000 €) 🤫 Sachant que, selon l’économiste français François Morin, 95% du montant de ces transactions financières sert uniquement la spéculation boursière, dont la fonction est essentiellement de tirer un bénéfice du travail d’autrui sans travailler soi-même 🤢 🤮

Mais bon, vous trouverez certainement des gens pour vous expliquer que spéculer est un boulot comme un autre, une activité productive et même très rentable, et vous inviter à spéculer vous aussi en investissant vos quatre sous pour compenser un peu votre retraite de misère et financer vos vieux jours… 🤑 😈

Pour ma part, si vous voulez spéculer, je vous déconseille les coups en bourse et vous recommande les coups sur un plateau d’Abalone, en live ou en ligne (sur l’application Abalone). C’est totalement improductif, mais moins stressant et tellement plus jouissif ! 🤩 🥳 Et tout ce que vous risquer de perdre, ce sont quelques parties, et non toutes vos économies dans le prochain krach boursier qui surviendra inévitablement… 😉 😌

FightClub

La politique de la main tendue…

…ne fonctionne pas toujours.

L’autre soir, en rentrant du boulot, alors que je m’apprête à monter à l’avant de mon train, une canne blanche téléguidée par un aveugle me coupe la route.

J’interpelle le bonhomme : « Monsieur ! La porte est ici ! », avec l’intention de le guider. D’un brusque mouvement de son bras libre et de la voix, il me rembarre, presque irrité : « Merci, mais je vais plus loin ! ». Et il poursuit son chemin à vive allure vers le bout du quai.

Alors qu’il s’éloigne hâtivement, je lui lance : « Monsieur ! C’est un train court !! ». Mais l’aveugle fait la sourde oreille.
Trop tard, la sonnerie retentit, je saute dans la rame.
Le pauvre diable est resté sur le quai…

Pour les joueurs et joueuses en réseau de l’application Abalone, c’est à peu près la même histoire. J’ai invité cette poignée de billes à venir discuter sur ce plateau afin de donner la parole aux invisibles, mais sans succès. Un seul d’entre eux – Pascal, alias Alvedro – répondu à l’appel, et je l’en remercie (en espérant qu’il y aura une suite… pas sûr !). L’émission va probablement devoir être déprogrammée (et peut-être remplacée par la diffusion du très bon « J’abuse ! », de Roman P. Qu’en pensez-vous ?).

Je rappelle qu’à la base ce blog devait être un lieu de rencontres et d’échanges. Si les ex-Netabaloniens ont décidé de le boycotter, c’est sûr qu’il perd beaucoup de son intérêt et de sa capacité d’action, et dans ce cas je ne vois pas pourquoi moi, je devrais faire pour eux des choses auxquelles je ne crois pas et dont je n’ai pas envie.

Je passe sur les actions immorales voire illégales que certain(e)s ex-Netabalonien(ne)s me suggèrent afin de faire auprès de mes lecteurs du racolage pour un produit qu’on trouve en deux clics sur Internet. Produit par ailleurs commercialisé par une entreprise privée qui a pignon sur rue et dont le chiffre d’affaire déclaré s’élève en 2018 à 40 596 200 € pour un capital social de 63 760 €. Je ne suis pas celle que vous croyez et je vous évite ainsi de finir derrière les barreaux pour proxénétisme aggravé. Je n’irai pas jusqu’à parler de secret professionnel (quoique…), mais certaines notions comme le consentement, la vie privée ou le respect des données personnelles semblent totalement échapper à certain(e)s d’entre vous.

Donc de deux choses l’une : ou bien les ex-Netabalonien(ne)s ont trouvé un autre moyen de faire entendre leur voix à l’extérieur de leur bulle, ou bien ils/elles n’ont encore rien fait et ne feront rien. Entre le plaisir de râler qu’il est si bon de faire durer, et la tendance naturelle au moindre effort qui réside en tout être humain, je pencherais pour la seconde hypothèse 🙄

L’offre tient toujours, mais au 1er décembre je passe à la politique du doigt tendu (et ce ne sera pas le pouce).

FightClub

Immobilité sous tension

13/01/2019


Set de billes d’Abalone jetées sur un plateau :
pas de passé, mais une multitude de futurs possibles…

“Le repos n’est que mouvement se retenant en soi,
souvent plus inquiétant que le mouvement même.”

(QU’EST-CE QU’UNE CHOSE ?, Hiver 1935-1936,
A. Diverses manières d’interroger en direction de la chose,
X. Historialité de la détermination de la chose)
[Ed. Gallimard, p.54 ; traduction : Jean Reboul et Jacques Taminiaux]

Martin Heidegger, philosophe allemand (1889-1976)

°°°°°°

Cet article est un prolongement de celui-ci. Et ce qui suit apporte une réponse à ce commentaire d’OCJ.

Rien n’a bougé effectivement, sauf le photographe et le point de vue.
A qui le tour, donc ?

Cela peut être :

– le tour du plateau (dans le sens horaire)
– le tour de la situation (relativement complexe)
– le tour du propriétaire, à supporter que le jeu lui appartienne… Ce qui n’est pas le cas ! q:
– le tour qu’on vous joue, etc.

Et puisqu’on parle de jouer, le sous-titre anglais était plus explicite : ‘Is it your turn or my turn?

Mais là, comme il n’y a ni mouvement, ni flèche pour indiquer le coup précédent, et que vous n’étiez pas là pour voir ce qui s’est passé avant, vous êtes comme jetés dans le monde, libres de décider de votre destin à partir de ce qui vous est donné au moment présent.

Et pour l’anecdote, cette « partie » vient de naître : elle n’a pas de passé en propre, seulement des avenirs possibles. Elle est issue d’une rencontre amoureuse entre le plein et le vide, qui a abouti à la fécondation aléatoire d’un plateau par un jeté de billes. Ce qui, entre le choix du camp et le choix du trait, vous laisse 4 possibilités :

1) Noir avec le trait
2) Noir sans le trait
3) Blanc avec le trait
4) Blanc sans le trait

A vous de jouer ! (:


Qui commence ? Avec quelle couleur ? A vous de choisir !

FightClub

Retrouvez toutes les citations dans le Dictionnaire de citations.

Les échecs enseignent la réussite.

06/01/2019

“Vous ne pouvez pas laisser vos échecs vous définir. Vous devez faire en sorte que vos échecs vous enseignent. Vous devez faire en sorte qu’ils vous montrent comment faire différemment la prochaine fois.”

(2009 National Address to America’s Students*)

Barack Obama (1961-)

 FightClub

* Discours national aux étudiants américains

Retrouvez toutes les citations dans le Dictionnaire de citations.