Un choix peut-il être libre ?

Une partie d’Abalone, ou de n’importe quel autre jeu de stratégie combinatoire abstrait opposant deux joueurs, est une succession de coups où chaque joueur doit, à son tour de jeu, considérer ses options et tenter de faire le meilleur choix.

On dit parfois que la vie ressemble à une partie d’Échecs. On pourrait tout aussi bien dire qu’elle ressemble à une partie d’Abalone.

Il y a cependant une différence notable : dans le jeu, vous êtes libre d’accepter ou non la partie, et donc de choisir ou non d’avoir à choisir. De plus les règles sont fixées, et ne changeront pas en cours de route ; et même si votre adversaire est plus fort que vous, les mêmes règles s’appliquent pour l’un comme pour l’autre.

Dans la vie c’est différent. Dans l’absolu, en dehors des lois de la physique, les règles n’existent pas, elles sont à instituer. Et même si les forces en présence sont inégales, leur institution devrait être consensuelle et faire l’objet d’une réflexion et d’un débat.

Ce débat peut tourner au rapport de force dès lors qu’une des deux parties détient le pouvoir (économique, politique, militaire, etc.) de vous imposer les options de SON choix, et s’en arroge le droit.

Un choix peut-il être libre ? Est-on libre de choisir de faire un choix ou de ne pas faire de choix ? Les choix s’imposent-t-ils à nous ou nous les imposent-on ? A-t-on le droit de ne pas choisir ou le devoir de choisir ?

Je vous invite à y réfléchir avec cet article de Jean-Paul Galibert :

philosophie et existence!

Lorsqu’on propose un choix, chacun suppose et admet qu’il faut choisir. Prendre l’un ou l’autre, mais pas les deux, et surtout pas ni l’un ni l’autre. J’ai longtemps cru que le choix condamnait à un choix exclusif, en sorte que chaque choix cachait un sacrifice. Mais le pire, dans le choix, est peut-être d’obliger à prendre quelque chose, alors qu’on ne voulait rien. Le premier choix, dans le choix, est de choisir. Pourquoi accepte-t-on de choisir, avant même de choisir ceci ou cela ? Par paresse ? par peur ? par inadvertance ? ou simplement par habitude et par balourdise ? En consultant, on impose de prendre quelque chose, de valider un des choix. Or celui qui impose le choix n’a que faire de nos choix: tous les choix qu’il propose sont intéressants pour lui. Ce qui compte à ses yeux, c’est le choix implicite et primordial, celui par lequel…

Voir l’article original 16 mots de plus

Alea jacta est : les dés sont jetés… à la poubelle !

23/06/2019


(Lisa Rougetet en janvier 2018)

L’intervention du hasard dans un jeu est un mécanisme qui, en quelque sorte, prend les décisions à la place du joueur. Comme les jeux combinatoires sont déterminés, c’est-à-dire sans hasard, il y a un ensemble fini de solutions possibles, et donc toujours une succession de coups qui amène à la victoire (ou au match nul). On peut donc construire une stratégie gagnante, ce qui laisse au joueur le plein contrôle sur le jeu, même s’il faut anticiper les coups de l’adversaire.

(Interview réalisée par l’Institut Henri Poincaré)

Lisa Rougetet, historienne des mathématiques française (19??-)

FightClub

Retrouvez toutes les citations dans le Dictionnaire de citations.

La vie comme un jeu

23/12/2018


Allan Watts en 1966

“Celui qui se libère, loin d’être incapable de jouer le jeu, le joue encore mieux car il voit la vie comme un jeu.”

Allan Watts, penseur autodidacte anglo-américain (1915-1973)

O


Ensō (« cercle » en japonais) par Bankei Yotaku (domaine public, via Wikimedia Commons)

°°°°°°


Boite de jeu Abalone®, édition 2017

FightClub

Retrouvez toutes les citations dans le Dictionnaire de citations.

Quelque chose vs. rien


Statue de G.W. Leibniz dans la cour de l’Université de Leipzig

“Pourquoi il y a plutôt quelque chose que rien ? Car le rien est plus simple et plus facile que quelque chose.”

(Principes de la nature et de la grâce fondés en raison, 1714)

Gottfried Wilhelm Leibniz, philosophe et polymathe allemand (1646-1716)

Retrouvez toutes les citations dans le Dictionnaire de citations.

°°°°°°

Rien :

… (x_x)

°

Quelque chose !

Maintenant on va pouvoir discuter ! (^_^)

A l’image d’un dialogue philosophique, une partie d’abalone est une sorte de dialogue physique. La même dialectique y est à l’oeuvre, et la qualité du dialogue dépend des arguments et de la qualité de jeu de chacun des deux antagonistes.

°

« Le rien est plus simple et plus facile que quelque chose » : il n’y a sans doute rien de plus vrai ! Il est plus facile de ne rien faire que de faire quelque chose. C’est pourquoi dans presque tous les domaines où il serait important d’agir, la plupart ne font rien, et rare sont ceux qui font quelque chose (à part se plaindre, c’est tellement jouissif !). Pourtant, quand on ne fait rien, il est rare qu’on arrive à quelque chose

Avant, ce triste constat me faisait quelque chose. Maintenant, cela ne me fait plus rien, parce que j’ai compris que je n’y étais pour rien. En réalité, qu’il en soit ainsi est dans la nature des choses, et donc aussi dans la nature humaine.

Qu’il se passe quelque chose ou qu’il ne se passe rien, au fond peu m’importe, car j’ai tout ce qu’il me faut, je n’ai besoin de rien. Et si je continue à faire quelque chose, c’est juste pour mon plaisir, ou par défi, pour montrer à ceux qui ne font rien – ici ou dans d’autres domaines – qu’on peut réussir quelque chose.

Il fallait que j’en dise quelque chose, même si cela ne sert sans doute à rien, vu que cela s’adresse presque exclusivement aux absents. Or les absents n’ont ni yeux, ni oreilles, ils ne voient ni n’entendent. S’adresser à eux, c’est comme s’adresser à l’obscurité. Ou à soi-même. Et ils ont le droit inaliénable d’être absents…

D’ailleurs, moi qui suis présent ici, je suis absent ailleurs (^_-)—☆ Et je continuerai d’être absent là où certains voudraient me voir, et présent là où ils ne m’attendent pas q:

FightClub

 

King, Hawking: kingdom of the mind

08/04/2018


Le stratège non-violent américain Dr. Martin Luther King Jr.,
assassiné il y a 50 ans, le 4 avril 1968.

“Quiet people have the loudest minds.” *

Stephen Hawking, physicien théoricien anglais (1942-2018)

* Les gens silencieux sont les plus réfléchis. Ou comme dirait le Général McCain lorsqu’il joue en marguerite belge et qu’il a la frite : « C’est ceux qui parlent le moins qui en éjectent le plus ! » (^▽^)

Retrouvez toutes les citations en anglais dans le Dictionnary of quotes.

FightClub

Volonté, connaissance et liberté

11/03/2018


Voltairine de Cleyre à Philadelphie, en 1901 (35 ans)
(source de l’image : Wikimedia Commons)

“[…] quelles que soient les circonstances extérieures, je n’obéis désormais plus qu’à ma seule volonté intérieure. Je ne dois prêter allégeance à personne et ne le ferai jamais plus ; je me dirige lentement vers un seul but : la connaissance, l’affirmation de ma propre liberté, avec toutes les responsabilités qui en découlent. Telle est, j’en suis convaincue, la raison essentielle de mon attirance pour l’anarchisme.”

(Comment je devins anarchiste)

Voltairine de Cleyre, militante anarcha-féministe américaine (1866-1912)

Retrouvez toutes les citations dans le Dictionnaire de citations.

°°°°°°


Symbole du mouvement féministe libertaire

Pourquoi si peu de filles et de femmes jouent-elles à des jeux comme les Echecs, le Go ou Abalone ?

°°°°°°

Cette série de citations porte sur le thème de l’Anarchie, de la liberté et de la désobéissance aux règles arbitrairement imposées.

Voir aussi : Sons of Strategy

FightClub

Libérez Abalone !

25/02/2018


Mikhaïl Bakounine (Михаил Бакунин) vers 1860, par Nadar (source : Wikimedia Commons).

“Parlez-leur de la liberté, et ils crieront aussitôt à l’anarchie ; […].”

(L’Empire knouto-germanique et la Révolution sociale, 1871)
[Bakounine, Oeuvres, PDF page 569/1960]

Mikhaïl Bakounine (Михаил Бакунин),
philosophe et anarchiste russe (1814-1876)

Retrouvez toutes les citations dans le Dictionnaire de citations.

°°°°°°

Ok, mais les joueurs d’Abalone méritent beaucoup mieux qu’une mauvaise appli !

°°°°°°

Cette série de citations porte sur le thème de l’Anarchie, de la liberté et de la désobéissance aux règles arbitrairement imposées.

Voir aussi : Sons of Strategy

FightClub