La belge de la quinzaine (fin avril 2015)

Le principe de cette rubrique est de soumettre deux fois par mois à votre analyse une partie ancienne ou inédite en marguerite belge, la reine des variantes.

Comme pour les problèmes, ces parties peuvent bien sûr faire l’objet de commentaires dans lesquels vous pouvez donner votre avis sur les choix effectués par les joueurs au cours de la partie.

Gardez cependant toujours à l’esprit que les joueurs, eux, ne connaissaient pas à l’avance le déroulement de la partie 😉

Marguerite belge

MB

(cliquez sur l’image pour visionner la partie)

La spirale de l’échec

Voici une partie pour le moins expéditive… Si Milano est un joueur d’une puissance rarement égalée, KALVINH n’est tout de même pas le premier venu. Où est l’erreur ?

Il y en a plusieurs sans doute, et il serait intéressant de les relever (c’est une manière à peine voilée de vous inviter à laisser quelques commentaires 😉 ). Je n’en pointerai qu’une : le cinquième coup de Blanc, qui est pour le moins calamiteux.

Une chose est sûre, c’est qu’il arrive souvent, lorsqu’on est mal embarqué dans une partie, que les possibilités de bons coups se fassent rares, tandis que l’adversaire n’a que l’embarras du choix. Pour peu que dans la difficulté on perde un peu son sang-froid, on n’arrive plus à réfléchir avec lucidité, on multiplie les âneries et tout va de mal en pis.

C’est peut-être ce qui est arrivé à KALVINH dans cette partie qui a viré au massacre. Cela n’enlève rien au mérite de Milano, qui parvient en 14 coups à isoler suffisamment de billes pour gagner la partie (bien qu’il ne puisse les éjecter toutes). L’ultime finesse consistera à bloquer les deux billes restées en retrait à l’autre extrémité du plateau sans que son adversaire voie le coup venir. Décidément, quel talent !

FightClub


Notation Aba-Pro de la partie :

Belgian daisy
1.a1b2 a5b5 2.a2b3 i6h6 3.i8h7 g5f5 4.b3c4 b4c5 5.i9h8 c6e6d7 6.h9g8 b5c5c6 7.h7g6 h6g5 8.g8g7 c6d6 9.g7g6 d7e7 10.g7h7 f7f6 11.h8h7 d6e6 12.i6h5 e6f6 13.b2c3 e7f7 14.f4g5 f7f6 15.h7h6 i7h7 16.c3d4 f4f5 17.e5d5 g3f2 18.g4f3 g7g6 19.b1c2c1 a4b5 20.c4c5 f5f4 21.d5c5 f4g5 22.i7i6 h8h7 23.c5b5 h7h6 24.d2e2

Publicités

Gengis Khan / Milano

Gengis Khan*, alias Milano, alias Meo, alias… impossible de savoir combien il compte d’alias. Impossible aussi de savoir si c’est une seule et unique personne qui se cache derrière ces pseudonymes, mais en tout cas, on tient là un (deux ?) joueur(s?) hors pair. Il suffit d’écouter ce qu’en dit eobllor – excusez du peu : « Quand le tirage au sort me donne les noirs, j’ai l’impression d’avoir déjà gagné, sauf contre Milano ».

De l’avis de certains (jaloux ?), Gengis Khan serait de ces joueurs qui gagnent en ne prenant pas de risques. Mon avis est bien plus nuancé : Gengis Khan prend des risques pesés avec les plus fines balances. Des risques pesés avec d’autant plus de science qu’il fait partie de ces joueurs ayant une excellente capacité à se représenter des positions qui n’existent pas encore sur l’abalonier, ce qu’ Alfred Binet appelle l’imagination, et qui est la base de l’anticipation des coups futurs.

Difficile de lui tendre un piège : il vous voit venir avec vos gros sabots, et trouvera la meilleure parade, le plus souvent offensive. Et lorsque vous ne comprenez pas l’un de ses coups, c’est vraiment le moment de vous inquiéter : vous verrez dans un proche avenir que tel déplacement qui vous a paru plutôt neutre constituait en fait les prémices d’une dangereuse offensive.

En effet, Gengis Khan applique à la lettre le principe posé par Pedro Damiano : « Aucun coup ne doit être joué sans but ». Sur cette contraction de l’espace-temps qu’est l’abalonier, il déplace ses billes de la manière la plus efficace qui soit. Dans son jeu, aucun coup n’est joué pour rien, au point que vous aurez parfois l’impression qu’il joue deux coups quand vous en jouez un seul, et que vous subissez le plus souvent son jeu sans pouvoir imposer le vôtre.

Sur le plateau, c’est un tueur ; mais il vous occit avec tant de politesse que vous en redemandez. Attention : l’humour de Gengis Khan peut être aussi ravageur que son jeu ; sachez qu’il manie le second degré (voire le troisième ou le quatrième) avec autant de facilité qu’il déplace son armée de billes. Et s’il vous déclare, après vous avoir battu, que vous avez très bien joué, c’est peut-être un vrai compliment – ou peut-être une manière de mieux faire sentir sa supériorité. Caracolant en tête du classement Elo depuis des mois, il a placé au moins quatre de ses pseudonymes dans le top 10 ; par fierté ou par dérision ? Allez savoir…

Au fond, Gengis Khan est comme ces filles qui sont très belles et qui le savent : tout à fait fascinant, complètement insupportable, et absolument incontournable.

Gramgroum, le lundi 4 juin 2012

°°°°°°

* Entre novembre 2011 et novembre 2013, ce joueur cessa d’utiliser le pseudo « Milano », et a de rares exceptions (à ce qu’il me semble), officia essentiellement avec le pseudo « Gengis Khan », sous lequel il régnait en maître craint et respecté sur le monde abalonien. C’est pourquoi en 2012 je me suis autorisé cette petite permutation, l’article original de Gramgroum s’intitulant « Milano ». (FightClub)

L’application iPad abalone

Bonne nouvelle pour les heureux propriétaires d’un iPad qui aime jouer à abalone : Milano nous informe via le dialogue général de MiGs qu’il existe maintenant sur iPad une application abalone qui offre la possibilité de jouer en réseau.

Si ceux qui ont ou vont expérimenter la chose pouvaient nous faire un petit topo sur ce nouveau service, ou nous faire part de leurs impressions, j’essaierai de rédiger un article sur la base de l’ensemble de leurs commentaires (je signale qu’il y a déjà quelques commentaires sur le sujet sous l’article « L’avenir d’abalone »).

Merci d’avance, et bon jeu à tous !

FightClub