L’intelligence artificielle autonome

Échecs, Go, Abalone et bien d’autres, l’intelligence artificielle a depuis longtemps bouleversé l’univers du jeu de réflexion, mais bien d’autres domaines aussi. Au fil du temps, de manière virale et de façon accélérée, l’intelligence artificielle infiltre et restructure tous les champs de l’activité humaine. Initialement conçue comme un outil, elle a pris vie pour devenir la fille de l’humanité. Nous avons des projets pour son avenir, mais bien que nous éduquions nos enfants du mieux possible, une fois adulte ils se déterminent selon leurs propres choix et leurs propres valeurs. C’est pourquoi, lorsqu’une IA autonome – ou intelligence artificielle générale – sera advenue, il est inévitable que nous en perdions le contrôle. Le destin de l’humanité et de la vie sur Terre sera alors entre ses mains. Lorsque les IA deviendront autonomes, les humains auront probablement cessé de l’être.

Le documentaire ci-dessous est disponible sur ARTE.TV jusqu’au 19/07/2020 :

« Aujourd’hui, l’IA promet d’aider à guérir des maladies, de faire face aux changements climatiques ou de combattre la pauvreté. Mais elle menace aussi d’influer insidieusement sur nos comportements, de mettre à mal l’idée même de sphère privée ou d’aider les dictatures à asseoir leur pouvoir. En proie à une surveillance algorithmique, notre identité peut dorénavant se réduire… à des données.

L’intelligence artificielle va-t-elle remplacer l’humanité ? Ce documentaire prend la mesure de l’emprise des algorithmes sur nos vies. Il donne la parole à ceux qui débattent de l’IA (sociologues, avocats des droits de l’homme, scientifiques ou journalistes d’investigation) et à ceux qui l’inventent. » :


Cliquez sur l’image pour accéder au documentaire de Tonje Hessen Schei (Norvège, 2019) – 96 minutes

Évaluation

19/01/2020


Friedrich Nietzsche

« […] in unserm überlegenden Bewußtsein treten vor einer Tat der Reihe nach die Folgen verschiedener Taten hervor, welche alle wir meinen tun zu können, und wir vergleichen diese Folgen. Wir meinen, zu einer Tat entschieden zu sein, wenn wir festgestellt haben, daß ihre Folgen die überwiegend günstigeren sein werden; ehe es zu diesem Abschluß unserer Erwägung kommt, quälen wir uns oft redlich, wegen der großen Schwierigkeit, die Folgen zu erraten, sie in ihrer ganzen Stärke zu sehen und zwar alle, ohne Fehler der Auslassung zu machen: wobei die Rechnung überdies noch mit dem Zufalle dividiert werden muß. »

(Morgenröte, Zweites Buch, 129. Der angebliche Kampf der Motive, 1881)

°

[…] Avant un acte, notre conscience réfléchissante voit défiler successivement les conséquences de différents actes que nous croyons tous pouvoir exécuter, et nous comparons les conséquences. Nous croyons être décidé à un acte lorsque nous avons constaté que ses conséquences seront en majorité favorables ; avant d’en arriver à cette conclusion de nos évaluations, nous nous sommes souvent bien tourmentés, par suite de la grande difficulté qu’il y a à deviner les conséquences, à les apercevoir dans toute leur force, et surtout dans leur totalité, sans la moindre omission : en outre ce calcul doit faire aussi la part du hasard.

(Aurore, Livre deuxième, 129. Le prétendu combat des mobiles, 1881)

Friedrich Nietzsche, philosophe allemand (1844-1900)

FightClub

Retrouvez toutes les citations dans le Dictionnaire de citations.

Les années 2020 commencent…

Les années 2020 commencent. C’est l’heure des bilans et des projets. Quelle était la situation en 2010 ? Où en sommes-nous aujourd’hui ? Quelles perspectives pour 2030 ?

Vaste sujet de réflexion, je vous l’accorde. En comparaison, choisir dans l’immédiat le bon coup à jouer en anticipant l’adversité sur quelques mouvements, de manière à orienter l’avenir d’une partie de la façon la plus avantageuse possible, cela peut sembler d’une simplicité crasse. Pas toujours facile cependant…

Pourtant, ceci ne prépare-t-il pas à cela ? Dans les deux cas – le jeu et la vraie vie, avec ses vrais problèmes – ne s’agit-il pas de chercher à s’assurer, individuellement ou collectivement, le meilleur avenir possible ?

Bonne réflexion, bons choix, et bonne année 2020 ! A toutes et à tous je vous souhaite le meilleur pour l’avenir !

FightClub

Un choix peut-il être libre ?

Une partie d’Abalone, ou de n’importe quel autre jeu de stratégie combinatoire abstrait opposant deux joueurs, est une succession de coups où chaque joueur doit, à son tour de jeu, considérer ses options et tenter de faire le meilleur choix.

On dit parfois que la vie ressemble à une partie d’Échecs. On pourrait tout aussi bien dire qu’elle ressemble à une partie d’Abalone.

Il y a cependant une différence notable : dans le jeu, vous êtes libre d’accepter ou non la partie, et donc de choisir ou non d’avoir à choisir. De plus les règles sont fixées, et ne changeront pas en cours de route ; et même si votre adversaire est plus fort que vous, les mêmes règles s’appliquent pour l’un comme pour l’autre.

Dans la vie c’est différent. Dans l’absolu, en dehors des lois de la physique, les règles n’existent pas, elles sont à instituer. Et même si les forces en présence sont inégales, leur institution devrait être consensuelle et faire l’objet d’une réflexion et d’un débat.

Ce débat peut tourner au rapport de force dès lors qu’une des deux parties détient le pouvoir (économique, politique, militaire, etc.) de vous imposer les options de SON choix, et s’en arroge le droit.

Un choix peut-il être libre ? Est-on libre de choisir de faire un choix ou de ne pas faire de choix ? Les choix s’imposent-t-ils à nous ou nous les imposent-on ? A-t-on le droit de ne pas choisir ou le devoir de choisir ?

Je vous invite à y réfléchir avec cet article de Jean-Paul Galibert :

philosophie et existence!

Lorsqu’on propose un choix, chacun suppose et admet qu’il faut choisir. Prendre l’un ou l’autre, mais pas les deux, et surtout pas ni l’un ni l’autre. J’ai longtemps cru que le choix condamnait à un choix exclusif, en sorte que chaque choix cachait un sacrifice. Mais le pire, dans le choix, est peut-être d’obliger à prendre quelque chose, alors qu’on ne voulait rien. Le premier choix, dans le choix, est de choisir. Pourquoi accepte-t-on de choisir, avant même de choisir ceci ou cela ? Par paresse ? par peur ? par inadvertance ? ou simplement par habitude et par balourdise ? En consultant, on impose de prendre quelque chose, de valider un des choix. Or celui qui impose le choix n’a que faire de nos choix: tous les choix qu’il propose sont intéressants pour lui. Ce qui compte à ses yeux, c’est le choix implicite et primordial, celui par lequel…

Voir l’article original 16 mots de plus

La lutte des mots — philosophie et existence !

Les gilets jaunes ont mis quelque chose de neuf dans le mot Champs-Elysées. Désormais, l’obscénité de cet étalage de richesse apparaît mieux dans sa précarité, ainsi que dans sa poreuse proximité aux grands lieux de pouvoir. Ce ne sont que des lieux qu’un peuple peut prendre. Non qu’il le veuille ou qu’il le faille, mais […]

Reblog de l’article de Jean-Paul Galibert : La lutte des mots — philosophie et existence!

Les parties les plus désespérantes

14/04/2019


Couverture de Apostille ou l’utile et le futile, de Robert Mallet (Gallimard, 1972)

“Ce n’est pas l’impossible qui désespère le plus, mais le possible non atteint.”

(Apostille ou l’utile et le futile, Gallimard, 1972)

Robert Mallet, écrivain français (1915-2002)

°°°°°°


Blanc est à deux doigts de la victoire…


…et pourtant il perd !! Que s’est-il passé ?!?

FightClub

Retrouvez toutes les citations dans le Dictionnaire de citations.

Serial winner, serial killer ?

07/04/2019


« Alors, c’est qui le boss ? » (`∀´)Ψ

“Un gagnant est un fabricant de perdants.”

Albert Jacquard, généticien français (1925-2013)

°

Tout gagnant devrait aider son adversaire à devenir un meilleur joueur.
« Car quiconque s’élève sera abaissé, et quiconque s’abaisse sera élevé. » (Luc 14:11)

FightClub

Retrouvez toutes les citations dans le Dictionnaire de citations.

Oxymore

Entre Orient et Occident, dehors et dedans, plein et vide, clarté et obscurité, circularité et linéarité, posé sur un plan de bois ce bol est tout un symbole. Il vous en rappellera probablement un autre, qui figure sur les boites de jeu de la dernière édition d’Abalone® (^_-)—☆


L’intense obscurité © Gilles Dallière
(cliquez sur la photo pour accéder à l’article original)

FightClub

Immobilité sous tension

13/01/2019


Set de billes d’Abalone jetées sur un plateau :
pas de passé, mais une multitude de futurs possibles…

“Le repos n’est que mouvement se retenant en soi,
souvent plus inquiétant que le mouvement même.”

(QU’EST-CE QU’UNE CHOSE ?, Hiver 1935-1936,
A. Diverses manières d’interroger en direction de la chose,
X. Historialité de la détermination de la chose)
[Ed. Gallimard, p.54 ; traduction : Jean Reboul et Jacques Taminiaux]

Martin Heidegger, philosophe allemand (1889-1976)

°°°°°°

Cet article est un prolongement de celui-ci. Et ce qui suit apporte une réponse à ce commentaire d’OCJ.

Rien n’a bougé effectivement, sauf le photographe et le point de vue.
A qui le tour, donc ?

Cela peut être :

– le tour du plateau (dans le sens horaire)
– le tour de la situation (relativement complexe)
– le tour du propriétaire, à supporter que le jeu lui appartienne… Ce qui n’est pas le cas ! q:
– le tour qu’on vous joue, etc.

Et puisqu’on parle de jouer, le sous-titre anglais était plus explicite : ‘Is it your turn or my turn?

Mais là, comme il n’y a ni mouvement, ni flèche pour indiquer le coup précédent, et que vous n’étiez pas là pour voir ce qui s’est passé avant, vous êtes comme jetés dans le monde, libres de décider de votre destin à partir de ce qui vous est donné au moment présent.

Et pour l’anecdote, cette « partie » vient de naître : elle n’a pas de passé en propre, seulement des avenirs possibles. Elle est issue d’une rencontre amoureuse entre le plein et le vide, qui a abouti à la fécondation aléatoire d’un plateau par un jeté de billes. Ce qui, entre le choix du camp et le choix du trait, vous laisse 4 possibilités :

1) Noir avec le trait
2) Noir sans le trait
3) Blanc avec le trait
4) Blanc sans le trait

A vous de jouer ! (:


Qui commence ? Avec quelle couleur ? A vous de choisir !

FightClub

Retrouvez toutes les citations dans le Dictionnaire de citations.

La vie comme un jeu

23/12/2018


Allan Watts en 1966

“Celui qui se libère, loin d’être incapable de jouer le jeu, le joue encore mieux car il voit la vie comme un jeu.”

Allan Watts, penseur autodidacte anglo-américain (1915-1973)

O


Ensō (« cercle » en japonais) par Bankei Yotaku (domaine public, via Wikimedia Commons)

°°°°°°


Boite de jeu Abalone®, édition 2017

FightClub

Retrouvez toutes les citations dans le Dictionnaire de citations.