La variante de septembre : Damier

Le principe de cette rubrique est de mettre chaque mois en lumière une variante par le biais d’une partie ancienne ou inédite.

°°°°°°

Damier

En échec sur un damier

Voici une partie plutôt ancienne. Elle remonte à janvier 2009, c’est-à-dire avant mon arrivée sur MiGs. Elle oppose RootsAndWings à eobllor.

J’ignore qui est RootsAndWings, mais il s’agit d’un joueur ou d’une joueuse suffisamment fort-e pour mettre en difficulté eobllor, un abalonien de tout premier plan, dont le niveau est redoutable et le style inimitable. Il suffit de lire ici son portrait dépeint par Gramgroum pour s’en faire une idée. A ce portrait j’ajouterai qu’eobllor est aussi un grand amateur de jeux abstraits de plateau les plus divers. Malgré cela, RootsAndWings à quand même réussi dans cette partie à lui damer le pion la bille, puisque eobllor perd par abandon.

Cet abandon s’imposait-il, cependant ? Ce n’est pas si sûr. A mon avis, la situation n’était pas désespérée, bien que peu réjouissante pour Blanc, et la partie aurait pu se poursuivre, avec de bonnes chances de nul pour Blanc. Mais il arrive parfois que l’on soit insatisfait de son jeu et qu’on abandonne, non parce qu’on pense qu’il serait impossible de gagner, mais parce que nous jugeons la partie ratée à cause d’erreurs que nous n’aurions pas dû faire et que nous ne nous pardonnons pas. C’est peut-être ce qui s’est passé ici pour eobllor.

damier-pions-boite-bois

(cliquez sur le damier pour visionner un échec supposé)

Conseil : basculer le PDF en mode présentation vous permettra de faire défiler les coups à votre rythme avec la molette de la souris.

Remarque : pour les parties en Marguerite belge, je renvoie désormais à l’historique de MiGs si la partie est disponible sur MiGs. En revanche, pour les variantes, je poursuis avec les PDF afin qu’à terme on puisse trouver en ligne au moins un exemple de partie dans chaque variante sur cette page.

FightClub


Notation Aba-Pro de la partie :

Damier
1.b4c5 f6e5 2.f7e6 b5c6 3.f5f6 f4f5 4.b6b5 h5g5 5.d7e7 d8c7 6.e7e6 c7c6 7.f6e5 b3c3 8.h4g3 f5g5f4 9.b5b4 d6c5 10.g3f3 b1c2 11.a3a4 c5b4 12.h8g7 f2e2 13.g7f6 h7g6 14.a4b5 c6c5 15.b2b1 f8e7 16.f6e5 b3b2 17.d1c1 h9g8 18.d5d4 c5d5 19.d4d3 a3b4 20.d1d2 c5d5 21.c3d4 b4c5 22.c1d2 g6f6 23.h6g6 g4g5 24.b5b4

Cette partie est disponible sur MiGs. Il suffit d’entrer le numéro de la partie (2218) dans les critères de recherche de l’historique.

Si vous souhaitez rejouer la partie avec le Replayer d’Eob, je vous renvoie à la page suivante où vous trouverez de quoi raccorder cette variante expérimentale à une variante disponible dans le replayer (-:

Si vous souhaitez rejouer la partie avec ULA : allez dans l’onglet « Partie » —> « Nouvelle partie » —> « Classiques et variantes » —> « Damier(©gohatto) », puis copier la partition dans le champ « Commentaires ».

… et tous les autres !

C’est comme les remerciements aux Oscars du cinéma, on oublie toujours plein de monde !

D’autres auraient bien sûr mérité de figurer dans le trombinoscope de Gramgroum, mais le séisme dont fut victime abalone.online.over-blog a mis un terme brutal à son développement. Et si vous vous aventurez sur les lieux du désastre, vous y trouverez un site en ruine, non pas envahi par les mauvaises herbes, mais infesté de pubs. Espérons que ce blog ne subira pas le même sort.

Si l’aventure over-blog s’était poursuivie, il est probable qu’on aurait aussi trouvé dans le trombinoscope d’autres figures marquantes d’abalone, comme boulet, atto, Caipirinha_Lover, l’américain Bingo, le canadien mathieu, les allemands SilverSurfer et Andre, phildemon, chris, Gohatto, IA de lolo, l’israélien nir, loulei, kariboo, OCJ, jacques, lune, screeday, et bien d’autres encore…

FightClub, dimanche 2 novembre 2014

gaz – gaz

gaz-gaz-overb

Avec gaz – gaz, le mot d’ordre est « baston ». Pour ce grand amoureux d’abalone, il est interdit de s’ennuyer sur un plateau. Il aime plus que tout voir les billes voler dans tous les sens, et les interminables affrontements où chacun montre ses muscles sans jamais passer à l’action ne sont pas pour lui.

Paradoxalement, il n’est pas très amateur de variantes, et pour lui, le « vrai » abalone, c’est le standard. C’est peut-être là le hic : il fera tout pour éclater les paquets de billes, et il en attend autant de son adversaire, ce qui revient un peu à vouloir faire d’abalone un jeu coopératif. Or abalone n’est pas un jeu coopératif, et toutes les tactiques, tous les coups et même tous les atermoiements sont permis dès lors que la règle ne les interdit pas. Et gaz – gaz, justement, déteste la « gagne », l’idée que la victoire est le but ultime et que tous les moyens sont bons pour y parvenir. Pour lui, le but ultime, c’est l’amusement.

Si vous acceptez ce contrat implicite avec lui, gaz – gaz est le joueur le plus agréable qui soit. Mais attention, bloqueurs s’abstenir ! gaz – gaz est tout à fait capable d’abandonner la partie et de quitter la table sur un salut un peu sec s’il ne sent pas, chez son adversaire, un esprit joueur. Je sais pourtant qu’il s’en voudra ensuite, car c’est un des joueurs les plus fair-play qui soient.

En définitive, c’est un joueur très sympathique avec qui on ne s’ennuie jamais. Je le recommande à tous les débutants (mais pas seulement aux débutants), d’autant qu’il dispense volontiers ses conseils à ceux qui découvrent le jeu. Surcroît d’élégance, lorsqu’il a affaire à un nouveau joueur, gaz – gaz propose le plus souvent le match nul quand il a gagné, prouvant que seul le jeu l’intéresse et non la petite gloire du classement.

Gramgroum, lundi 11 juin 2012

wasabi

wasabi est comme le raifort : il est fort, très fort.

C’est l’un des plus anciens et des plus fidèles joueurs de MiGs (inscrit depuis le 14 décembre 2006). Il fait partie de ces joueurs expérimentés qui maîtrisent parfaitement la mécanique d’abalone. N’escomptez pas qu’il vous lâche lorsqu’il tient le bon bout. Vous n’avez plus, dans ce cas-là, qu’à prier pour qu’il commette une erreur. Hélas pour vous, le plus souvent vos prières resteront vaines.

Un coup d’œil à son historique vous montrera que wasabi n’a guère d’adversaires à craindre : seuls des pointures comme eobllor, Gengis Khan, Vincent Frochot, ou atto lui posent un vrai problème.

Sur le plateau, avec wasabi, pas de chichis, pas de fioritures, pas d’effets de manche. Son jeu est posé, réfléchi, solide, carré. Tellement carré que l’on dirait parfois qu’il a découvert la quadrature de l’hexagone. Classique et efficace en diable, son style me rappelle celui d’André, cet allemand qui se fait trop rare aujourd’hui sur MiGs.

On prétend souvent que le style du joueur reflète sa personnalité. Je veux bien le croire en ce qui concerne wasabi. Je ne l’ai jamais vu se départir de son calme dans la tempête des billes, même lorsque son vaisseau fait naufrage. wasabi, c’est la force tranquille d’abalone. Modeste dans la victoire, il ira jusqu’à vous trouver des excuses si vous n’avez pas gagné.

wasabi, vous l’aurez compris, fait partie de la crème des joueurs, tant par son niveau de jeu que par son caractère. Un joueur que l’on a toujours plaisir à croiser.

Gramgroum, entre mai et octobre 2012

vivelone

vivelone me rappelle ce que Churchill disait de la Russie : un rébus enveloppé de mystère au sein d’une énigme.

S’agit-il d’un joueur ou d’une joueuse ? vivelone n’a pas levé l’ambiguïté sur la question, à ma connaissance du moins. Mais l’étrangeté du personnage ne s’arrête pas là.  En effet, dans le petit monde des abanautes, les joueurs arborant un drapeau africain ne sont pas légion. Voir flotter sur MiGs le drapeau burkinabé de vivelone m’est toujours un sujet d’étonnement.

vivelone est apparu(e) sur MiGs le 20 juillet 2012, et dès le départ, s’est rangé(e) parmi les joueurs les plus actifs : joueur(euse) le(la) plus présent(e) sur le mois écoulé, sur les deux mois écoulés, sur les trois mois écoulés.  Et avec 110 parties jouées en moyenne chaque mois, vivelone fait partie des joueurs qui jouent le plus, et se classe déjà troisième côté « privilèges ».

Mais malgré ces informations que nous révèle le « hall of fame », le personnage reste un mystère.

Alors que dire de son jeu ? Côté niveau, vivelone ne rivalise pas encore avec les cadors de MiGs, et les défaites sont, hélas pour lui (elle) bien plus nombreuses que les victoires. Heureusement, rien ne semble le (la) décourager, ni les parties perdues, ni sa connexion informatique parfois calamiteuse, et il (elle) affiche en toute circonstance une inoxydable sérénité.

Quant au style, difficile d’en dire long : au bout de trois mois, il ne me paraît pas encore très affirmé, ni dans ses qualités, ni dans ses défauts. Tout au plus me risquerai-je à dire que vivelone semble pratiquer un jeu ouvert et sans peur, ce qui, associé à son caractère aimable, en fait un (une?) partenaire de jeu des plus agréables, sinon des plus redoutables.

Alors souhaitons-lui beaucoup de plaisir sur MiGs, et vive vivelone !

Gramgroum, mardi 23 octobre 2012

mascotte

En fait, Mascotte n’est pas une joueuse. Mascotte, c’est un poème.

Comptant seulement 14 parties jouées sur les six derniers mois [janvier à juin 2012], Mascotte ne peut sans doute pas être considérée comme une joueuse très active. Alors comment se fait-il qu’elle occupe une place si particulière dans le petit monde d’abalone ?

Est-ce son style de jeu qui la distingue ? Hum… avec une seule victoire depuis le début de l’année (contre Gengis Khan, excusez du peu ! 😉 ) Mascotte fait sans doute partie de ces joueurs dont les talents éclatent davantage dans le cercle familial ou amical que sur MiGs, où elle ne vise évidemment pas aux plus hautes marches du podium Elo.

Non, si Mascotte est si connue des abanautes, ce n’est pas pour faire trembler Milano, c’est parce qu’elle est, depuis des années, une institution à elle toute seule. Mascotte, c’est LA mascotte des abanautes, comme son cri de guerre vous le fait savoir (au cas où vous l’ignoreriez) : « Je suis la mascotte du site ! »

Cette belge – son drapeau est changeant, car elle joue à saute-mouton par-dessus la frontière – nous amusera toujours par son ton à la fois naturel et décalé, naïf et drôle, qui illumine le dialogue général. En dialogue privé, elle écoutera volontiers vos petits malheurs et vous racontera les siens, mais ce qu’elle préfère encore, c’est rire avec vous en bonne copine. Je ne l’ai jamais vue fâchée, même lorsque je m’amuse incognito – je le confesse – à la faire tourner en bourrique.

Au bout du compte, si l’on a bien assez d’un milano, ou d’un rebel, il nous faudrait cinq cents Mascotte pour animer le site.

Hélas (ou heureusement), Mascotte est unique !

Gramgroum, lundi 25 juin 2012

jeff costa

jeff-overb

Jeff Costa, c’est LE brésilien de MiGs, c’est un brin d’exotisme dans le monde un peu trop franco-français d’abalone, c’est quelques pas de samba dans la valse des billes. Il ne parle que quelques mots de français, et c’est en anglais ou en portugais que vous pourrez entamer la conversation, à laquelle il se livre d’ailleurs volontiers.

Toujours poli, toujours souriant (du moins c’est ainsi que je me le représente), il ne commencera jamais une partie sans vous saluer et vous souhaiter un bon jeu – gg pour good game. Comme tout un chacun, il préfère gagner, mais contrairement à d’autres, il perd avec bonne grâce et ne quitte pas la partie sans un nouveau salut. Et s’il perd assez souvent, cela ne le décourage pas.

Joueur de grande expérience, c’est l’un des plus actifs sur MiGs. Certes, ce n’est pas l’un des plus forts, mais on sait que MiGs concentre beaucoup de talents, ce qui a tendance à fausser notre appréciation de la force d’un joueur. Hors ligne, Jeff Costa est sans aucun doute considéré comme un joueur d’un niveau très honorable. Il maîtrise parfaitement les bases du jeu, et lorsqu’il tient le bon bout, il est capable de ne pas le lâcher et de vous pousser dans les cordes. Il viendra sans difficulté à bout de n’importe quel novice.

Son point faible, c’est peut-être un certain manque de profondeur, une vision un peu courte. Peut-être de la distraction ? Ou peut-être est-il d’abord, tout simplement, un joueur qui s’amuse, qui prend plaisir à pousser les billes, et qui ne tient pas particulièrement à se faire des nœuds au cerveau.

C’est en tout cas un joueur très agréable, autant par sa personnalité que par son jeu, et je ne saurais trop vous le recommander.

Gramgroum, lundi 21 mai 2012

Gramgroum

gramgroum-overb

Gramgroum c’est le maître de la patience et de la pertinence. Pilier de MiGs depuis les balbutiements, il n’a de cesse de chercher le truc qui fera connaître Abalone au grand public.

Ce vieux de la vieille (pas si vieux que ça en fait…) est incollable en histoire et anecdotes sur ce jeu. Si vous vous posez encore des questions sur Abalone n’hésitez pas à lui demander, il se fera certainement un plaisir de vous le raconter en privé ou directement sur ce blog qu’il anime avec ardeur et persévérance (j’en profite pour le remercier).

Gramgroum est avant tout un être social et s’il est en ligne vous n’échapperez pas à ses salutations, même quand il joue… ce qui ne l’empêche pas d’entretenir en même temps une conversation animée avec son adversaire, tout en s’appliquant à gagner ou à apporter en privé des conseils à un nouveau venu.

Son jeu est comme sa personnalité, riche et complexe, fait de passion et de labeur, qui font de lui un joueur très agréable de bon niveau. Agressif mais pas intrépide, son jeu souvent vif et imaginatif s’entrecoupe de temps de réflexion (parfois un peu longs) qui lui permettent de sortir victorieux de situations inextricables, c’est rageant !… (lol), s’il le souhaite vraiment il maîtrise bien la stratégie et peut rivaliser avec les meilleurs, par chance son plaisir à jouer est plus grand que son orgueil.

Alors quel que soit votre niveau, et quel que soit le vainqueur… une partie avec Gramgroum c’est toujours le sentiment d’un bon moment partagé !

Claudie, jeudi 6 septembre 2012

Gengis Khan / Milano

Gengis Khan*, alias Milano, alias Meo, alias… impossible de savoir combien il compte d’alias. Impossible aussi de savoir si c’est une seule et unique personne qui se cache derrière ces pseudonymes, mais en tout cas, on tient là un (deux ?) joueur(s?) hors pair. Il suffit d’écouter ce qu’en dit eobllor – excusez du peu : « Quand le tirage au sort me donne les noirs, j’ai l’impression d’avoir déjà gagné, sauf contre Milano ».

De l’avis de certains (jaloux ?), Gengis Khan serait de ces joueurs qui gagnent en ne prenant pas de risques. Mon avis est bien plus nuancé : Gengis Khan prend des risques pesés avec les plus fines balances. Des risques pesés avec d’autant plus de science qu’il fait partie de ces joueurs ayant une excellente capacité à se représenter des positions qui n’existent pas encore sur l’abalonier, ce qu’ Alfred Binet appelle l’imagination, et qui est la base de l’anticipation des coups futurs.

Difficile de lui tendre un piège : il vous voit venir avec vos gros sabots, et trouvera la meilleure parade, le plus souvent offensive. Et lorsque vous ne comprenez pas l’un de ses coups, c’est vraiment le moment de vous inquiéter : vous verrez dans un proche avenir que tel déplacement qui vous a paru plutôt neutre constituait en fait les prémices d’une dangereuse offensive.

En effet, Gengis Khan applique à la lettre le principe posé par Pedro Damiano : « Aucun coup ne doit être joué sans but ». Sur cette contraction de l’espace-temps qu’est l’abalonier, il déplace ses billes de la manière la plus efficace qui soit. Dans son jeu, aucun coup n’est joué pour rien, au point que vous aurez parfois l’impression qu’il joue deux coups quand vous en jouez un seul, et que vous subissez le plus souvent son jeu sans pouvoir imposer le vôtre.

Sur le plateau, c’est un tueur ; mais il vous occit avec tant de politesse que vous en redemandez. Attention : l’humour de Gengis Khan peut être aussi ravageur que son jeu ; sachez qu’il manie le second degré (voire le troisième ou le quatrième) avec autant de facilité qu’il déplace son armée de billes. Et s’il vous déclare, après vous avoir battu, que vous avez très bien joué, c’est peut-être un vrai compliment – ou peut-être une manière de mieux faire sentir sa supériorité. Caracolant en tête du classement Elo depuis des mois, il a placé au moins quatre de ses pseudonymes dans le top 10 ; par fierté ou par dérision ? Allez savoir…

Au fond, Gengis Khan est comme ces filles qui sont très belles et qui le savent : tout à fait fascinant, complètement insupportable, et absolument incontournable.

Gramgroum, le lundi 4 juin 2012

°°°°°°

* Entre novembre 2011 et novembre 2013, ce joueur cessa d’utiliser le pseudo « Milano », et a de rares exceptions (à ce qu’il me semble), officia essentiellement avec le pseudo « Gengis Khan », sous lequel il régnait en maître craint et respecté sur le monde abalonien. C’est pourquoi en 2012 je me suis autorisé cette petite permutation, l’article original de Gramgroum s’intitulant « Milano ». (FightClub)

Galopin

galopin-overb

Un peu d’astuce, d’espièglerie, c’est la vie de Can… Ah non ! Pardon ! L’astuce et l’espièglerie, c’est tout Galopin. Comment cela, vous ne connaissez pas Galopin ? Mais si, vous l’avez sans aucun doute déjà joué sous l’une ou l’autre de ses multiples identités.

Galopin, c’est l’un des trois Suisses de MiGs (avec Caipirinha_Lover et atto), et ce farceur possède tout un catalogue de pseudos, parfois créés pour le seul plaisir du jeu de mot. Car Galopin n’est pas seulement amateur d’abalone : il est aussi grand  amateur de bons mots, de mots rares, de palindromes, de pangrammes et autres figures de style.

Son jeu est toujours astucieux, souvent inventif, immanquablement surprenant, et jouer Galopin, c’est l’assurance de ne pas s’ennuyer.  La technique abalonienne n’a pas de secrets pour ce joueur confirmé, que son talent place dans le haut du panier. Son rêve abalonien : franchir une ultime étape pour égaler les meilleurs, et faire partie de la crème de la crème.

Alors, pour y parvenir, il essaie tout, il ose tout, il risque tout, jouant sur toute la gamme qui va du coup de génie au coup le plus calamiteux. Ce faisant, il a quasiment inventé un style de jeu : le nimp. Ah, le nimp… ! C’est sans doute son inventeur lui-même qui vous en parlerait le mieux, c’est pourquoi j’ajouterai seulement que le nimp me rappelle le « play free and experimental » autrefois prôné par Silversurfer, qui fut un adversaire apprécié de Galopin.

Sachez enfin qu’en joueur rapide, Galopin aime imprimer une certaine dynamique au jeu, et vous risquez de l’ennuyer si vos coups tardent à venir, ou si la partie dégénère en une confrontation stérile entre deux blocs. S’il vous en tient responsable, il est tout à fait capable de jouer le même jeu que vous jusqu’à ce que vous demandiez grâce. Il peut aussi abandonner sèchement une partie qui l’ennuie : après tout il est là pour s’amuser. En revanche, s’il apprécie votre jeu, il n’hésite pas à risquer gros pour débloquer une situation qui pourrait sembler sans issue, et redonner du peps à une partie qui s’enlisait.

Si vous le croisez, invitez-le. S’il vous invite, acceptez son invitation. Et n’oubliez pas une chose : on ne joue pas contre Galopin, on joue avec Galopin.

Gramgroum, mercredi 26 septembre 2012