L’hymne des billes

L’HYMNE DES BILLES

Nous qui sommes sans passé, les billes
Nous qui n’avons pas d’histoire
Depuis la nuit des temps, les billes
Nous sommes le continent noir.

Refrain :
Debout billes esclaves
Et brisons nos entraves
Debout, debout, debout !

Asservies, humiliées, les billes
Achetées, vendues, volées
Dans toutes les maisons, les billes
Hors du monde reléguées.

(Refrain)

Seules dans notre malheur, les billes
L’une de l’autre ignorée
Ils nous ont divisées, les billes
Et de nos sœurs séparées.

(Refrain)

Le temps de la colère, les billes
Notre temps, est arrivé
Connaissons notre force, les billes
Découvrons-nous des milliers !

(Refrain)

Reconnaissons-nous, les billes
Parlons-nous, regardons-nous,
Ensemble, on nous opprime, les billes
Ensemble, révoltons-nous !

Dernier refrain :
Debout billes esclaves
Et jouissons sans entraves
Debout, debout, debout !

(Paroles : Sur L’Hymne des Femmes,
par un collectif de militantes du MLF, mars 1971
Musique : Sur l’air de Chant des Marais, de Rudi Goguel)

⚫    ⚫    ⚫    ⚫    ⚫    ⚫

Site de La maison des femmes

The fight goes on.

FightClub

Un choix peut-il être libre ?

Une partie d’Abalone, ou de n’importe quel autre jeu de stratégie combinatoire abstrait opposant deux joueurs, est une succession de coups où chaque joueur doit, à son tour de jeu, considérer ses options et tenter de faire le meilleur choix.

On dit parfois que la vie ressemble à une partie d’Échecs. On pourrait tout aussi bien dire qu’elle ressemble à une partie d’Abalone.

Il y a cependant une différence notable : dans le jeu, vous êtes libre d’accepter ou non la partie, et donc de choisir ou non d’avoir à choisir. De plus les règles sont fixées, et ne changeront pas en cours de route ; et même si votre adversaire est plus fort que vous, les mêmes règles s’appliquent pour l’un comme pour l’autre.

Dans la vie c’est différent. Dans l’absolu, en dehors des lois de la physique, les règles n’existent pas, elles sont à instituer. Et même si les forces en présence sont inégales, leur institution devrait être consensuelle et faire l’objet d’une réflexion et d’un débat.

Ce débat peut tourner au rapport de force dès lors qu’une des deux parties détient le pouvoir (économique, politique, militaire, etc.) de vous imposer les options de SON choix, et s’en arroge le droit.

Un choix peut-il être libre ? Est-on libre de choisir de faire un choix ou de ne pas faire de choix ? Les choix s’imposent-t-ils à nous ou nous les imposent-on ? A-t-on le droit de ne pas choisir ou le devoir de choisir ?

Je vous invite à y réfléchir avec cet article de Jean-Paul Galibert :

philosophie et existence!

Lorsqu’on propose un choix, chacun suppose et admet qu’il faut choisir. Prendre l’un ou l’autre, mais pas les deux, et surtout pas ni l’un ni l’autre. J’ai longtemps cru que le choix condamnait à un choix exclusif, en sorte que chaque choix cachait un sacrifice. Mais le pire, dans le choix, est peut-être d’obliger à prendre quelque chose, alors qu’on ne voulait rien. Le premier choix, dans le choix, est de choisir. Pourquoi accepte-t-on de choisir, avant même de choisir ceci ou cela ? Par paresse ? par peur ? par inadvertance ? ou simplement par habitude et par balourdise ? En consultant, on impose de prendre quelque chose, de valider un des choix. Or celui qui impose le choix n’a que faire de nos choix: tous les choix qu’il propose sont intéressants pour lui. Ce qui compte à ses yeux, c’est le choix implicite et primordial, celui par lequel…

Voir l’article original 16 mots de plus

Abalone est-il politique ?

27/10/2019


Frédéric Lordon en 2013.

“En réalité, dès que des individus composent leur puissance d’agir, quels que soient les rapports sous lesquels cette composition s’effectue, nous avons là du politique.”

Frédéric Lordon, philosophe et économiste français (1962-)

*

Représentez-vous les pièces ou les billes comme des individus doués de volonté, et considérez le plateau ou l’abalonier comme le champ de leur action coordonnée : vous avez là une métaphore du politique.

Observez maintenant les manoeuvres et mouvements de poussée au cours d’une partie, transposez au monde réel, et vous comprenez que partout s’applique la loi du plus fort, que tout pouvoir politique, économique ou social se fonde sur une stratégie de rapports de forces : la cohésion de ses propres forces, ou l’émiettement des forces adverses, parfois supérieures. A l’issue de cette lutte émerge ou bien un dominant et un dominé, et donc un gagnant et un perdant, ou bien un nul et le maintien d’un statu quo.

Évidemment votre adversaire ne se privera pas d’essayer de vous convaincre que vous n’avez d’autre choix que de vous soumettre ; ou même – comble de l’audace et du vice – qu’il est dans votre intérêt de perdre.

Allez-vous vous laisser convaincre de renoncer à lutter ? A vous de décider quel degré de soumission vous êtes capables de supporter, ou au contraire quel degré de révolte vous êtes capable d’atteindre.

FightClub

Deeper, Stronger, Shorter, Better*

14/07/2019


Paris (France), défilé du 14 juillet 2016. Des guerriers Maoris défilent sur les Champs-Elysées.
(Photo Benoît Tessier / REUTERS)

“I orea te tuataraka pato ki waho”*

* Un problème se résout en continuant à trouver des solutions.

Proverbe maori

FightClub

* Plus profond, plus fort, plus court, meilleur. Titre inspiré de Harder, Better, Faster, Stronger de Daft Punk (2001).

More Māori proverbs

Retrouvez toutes les citations dans le Dictionnaire de citations.

Peur de perdre ou désir de gagner ?

07/07/2019


(Jürgen Klopp, entraîneur du Liverpool Football Club)

“I do not believe that it’s the fear of losing, that makes you a winner. It’s rather the desire to win. That desire lets you grow beyond your own possibilities. It makes you strong.”

°

“Je ne crois pas que ce soit la peur de perdre qui fasse de vous un gagnant. C’est plutôt le désir de gagner. Ce désir vous permet de dépasser vos propres possibilités. Cela vous rend fort.”

Jürgen Klopp, entraîneur et ancien joueur de football allemand (1967-)

[Traduction : FightClub]

Merci à Per Sørlie du groupe Abstract Nation pour la citation.

FightClub

Retrouvez toutes les citations dans le Dictionnaire de citations.

Les échecs enseignent la réussite.

06/01/2019

“Vous ne pouvez pas laisser vos échecs vous définir. Vous devez faire en sorte que vos échecs vous enseignent. Vous devez faire en sorte qu’ils vous montrent comment faire différemment la prochaine fois.”

(2009 National Address to America’s Students*)

Barack Obama (1961-)

 FightClub

* Discours national aux étudiants américains

Retrouvez toutes les citations dans le Dictionnaire de citations.

Les figures de l’ombre

18/11/2018


Maître et disciple

“Tout maître cherche un disciple.”

FightClub

Article connexe : Maître et disciple

Retrouvez toutes les citations dans le Dictionnaire de citations.

*


« ab-alone » = not alone = pas seul !

Jouer seul est contraire à l’esprit de ce jeu. Lâchez les programmes et les applis, et partez à l’aventure, à la rencontre des autres avec votre jeu. Faites-le connaître. Trouvez des partenaires, participez aux événements ou lancez-en. Créez des clubs. Organisez des tournois. Progressez et faites progresser. Amusez-vous !

FightClub

Pas de challenge, pas de plaisir.

21/10/2018


Jan Hein Donner jouant à Beverwijk, Pays-Bas, le 12 janvier 1960

“J’aime toutes les positions. Donnez-moi une position de jeu difficile, je la jouerai. Donnez-moi une mauvaise position, je la défendrai. Ouvertures, fin de parties, positions compliquées, égalités ennuyeuses, je les adore et je ferai tout mon possible. Mais les positions totalement gagnées, je ne peux pas les supporter.”*

(Hein Donner dans le Clubblad Doodzonde Denken, 1950)

Johannes Hendrikus ‘Jan Hein’ Donner, champion d’échecs néerlandais (1927-1988)

FightClub

* Traduit de l’anglais par FightClub.
Je n’ai pas eu accès au texte original, qui est en néerlandais.

Retrouvez toutes les citations dans le Dictionnaire de citations.

°°°°°°


Une « position compliquée » qui fait tout l’intérêt d’Abalone®, mais que vous aurez peu de chance de rencontrer avec la position de départ « Standard » proposée par la règle officielle q:

FightClub

Ensemble, c’est tout !

07/10/2018


Henry Ford

“Se réunir est un début, rester ensemble est un progrès, travailler ensemble est la réussite.”

Henry Ford, industriel américain (1863-1947)

FightClub

Retrouvez toutes les citations dans le Dictionnaire de citations.

°°°°°°

Ce qu’ils ont fait pour Othello,
nous pourrions le faire pour Abalone :


(Accédez au site de la Fédération Française Othello en cliquant sur cette bannière)

°


(Accédez au blog de l’Othello Academy en cliquant sur ce sceau)

°


(Accédez au site de la World Othello Federation en cliquant sur ce logo)

FightClub

Continuez à vous battre !


Run-DMC dans le quartier de Hollis (Queens, New York, USA)

“I’m gonna use my strong mentality
Like the cream of the crop, like the crop of the cream
Beating hard times, that is my theme
Hard times in life, hard times in death
I’m gonna keep on fighting to my very last breath.”

(Hard Times, piste 1 de l’album Run–D.M.C, 1984)

Run-D.M.C., groupe de hip-hop américain (1981-2002)

 FightClub

Retrouvez toutes les citations dans le Dictionnaire de citations.

°°°°°°


(cliquez pour agrandir)

Moment éprouvant !
Que vous soyez Noir ou Blanc, continuez à vous battre !

FightClub